Pour ou contre Didier Raoult ? Le choc frontal
Santé

Pour ou contre Didier Raoult ? Le choc frontal

Par Peter Bannister - Publié le 07/06/2023 - Photo : Christophe Simon / AFP
Plus que jamais, Didier Raoult divise les opinions. Depuis quelques jours, nous assistons à des attaques et contre-attaques en lien avec la publication des données concernant les traitements contre le Covid-19 dispensés à l’IHU Méditerranée entre mars 2020 et décembre 2021. Un choc frontal entre deux interprétations des faits. Pour les scientifiques (dont le Pr Alain Fischer) et sociétés savantes ayant signé une tribune publiée le 28 mai dans Le Monde, les travaux du Pr Raoult constituent « vraisemblablement le plus grand essai thérapeutique ‘sauvage’ connu à ce jour ». Ils l’accusent non seulement d’avoir administré ses traitements « sans bases pharmacologiques solides », mais aussi d’avoir persisté « pendant plus d’un an après la démonstration formelle de leur inefficacité ». Critiques rejetées par les signataires d’une contre-tribune en soutien à Didier Raoult (plus de 6000 au 6 juin, dont 812 médecins/scientifiques, avec en tête le Pr Christian Perronne). Selon leur point de vue, le « plus grand essai thérapeutique » a plutôt été la campagne massive de vaccination avec des produits expérimentaux. Des vaccins autorisés uniquement parce que l’existence de traitements contre le Covid-19 aurait été occultée, notamment par une étude frauduleuse mais influente (malgré sa rétractation) dans The Lancet, qui a discrédité l’hydroxychloroquine (HCQ). Les accusations du camp de Raoult et Perronne sont aussi – voire plus – lourdes que celles de leurs opposants : en utilisant des méthodes coercitives (passe sanitaire, perte d’emplois pour les soignants) pour promouvoir des vaccins encore au stade d’essai, les autorités auraient violé la déclaration d’Helsinki sur le consentement éclairé. On s’interroge par ailleurs sur les conflits d’intérêts : en totalisant la somme dans la base de données https://transparence.sante.gouv.fr des liens déclarés avec le secteur pharmaceutique des signataires de la tribune contre le Pr Raoult, un « collectif citoyen » est arrivé au chiffre de 18,5 millions d’euros…

Qu’est-ce qui pourrait trancher entre ces récits contradictoires de la gestion de la pandémie du covid-19 ? Il s’agit en partie d’un conflit autour de définitions (le Pr Raoult rejette la notion d’« essais thérapeutiques » en faveur d’ « études observationnelles ») et de normes procédurales, ainsi que la relation entre l’IHU Méditerranée et l’Agence nationale de sécurité du médicament. Les cours de justice seront amenées à se prononcer sur cet aspect du contentieux, mais en ce concerne la question fondamentale de l’efficacité des traitements contre le SARS-CoV2, il est intéressant de regarder les méta-analyses internationales du site http://c19early.org. On y trouve des données très détaillées comparant l’efficacité d’une grande variété de substances (médicaments connus ou nouveaux comme le Paxlovid et le Molnupiravir, anticorps monoclonaux, vitamines…) étudiées pour leur utilité contre les différentes phases du Covid-19. Pour l’HCQ – administrée contre le SARS-CoV2 dans 42 pays, la méta-analyse de 393 études montre des résultats positifs concernant son usage pendant les premiers jours de l’infection, tout en reconnaissant que l’HCQ pourrait être néfaste plus tard. L'HCQ a été utilisée au sein de protocoles de traitement précoce sur 56 721 patients, 36 études démontrant une amélioration de 62% de leur état comparé aux groupes de contrôle. Le même niveau d’efficacité en phase précoce serait atteint par l’Ivermectine (avec un score de 85% en prophylaxie), avec un niveau d’amélioration de 60% pour la Vitamine D (11 études/43 587 patients) et 64% pour la povodine iodée (bain de bouche de type Bétadine verte en France, 14 études/1536 patients).

Quoique décrié dans Le Monde comme « opaque », le site http://c19early.org montre une cohérence frappante entre les conclusions des études et les données observées sur le terrain dans divers pays, surtout en phase précoce du Covid-19. Les scientifiques de l'IHU Méditerranée sont loin d'être les seuls à avoir soigné les malades, comme le montre un tableau de 39 médecins et équipes ayant fait la même chose. On note en particulier les 150 000 téléconsultations de l’association américaine Myfreedoctor, qui a recommandé le protocole du cardialogue Peter McCullough (HCQ, ivermectine, anticorps, zinc, vitamines C/D...) ainsi que les 20 000 patients soignés par les médecins californiens George Fareed et Brian Tyson (HCQ, Ivermectine, Doxycycline ou Azithromycine, zinc, Vitamine D). La liste n’est pas exhaustive – nous avons déjà parlé ici des résultats positifs obtenus par les médecins italiens Andrea Stramezzi et Gerardo Torre avec des protocoles analogues.

On suivra la suite de la saga Didier Raoult avec grande attention, surtout pour voir si le débat français continuera à tourner seulement autour de questions d’« obéissance » à la hiérarchie et à la méthodologie définie par les grandes institutions scientifiques (hors d’essais randomisés à double aveugle, point de salut) ou prendra sérieusement en compte les données empiriques fournies par des praticiens qui ont traité le besoin de soigner leurs patients comme un impératif éthique absolu.
La sélection
Pour ou contre Didier Raoult ? Le choc frontal
Soupçons d'essais cliniques sauvages : l'interview de Didier Raoult sur BFMTV
BFM TV
ou
Faire un don
1 commentaire
Patrick
Le 17/02/2024 à 17:28
Merci de m'abonner à votre lettre.
Voir tous les commentaires
Ajoutez votre commentaire
Valider
Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?

Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! Stabilo
Je m'abonne gratuitement
LES DERNIÈRES SÉLECTIONS