Société

En Espagne, on préfère les chiens aux enfants

Par Louis Daufresne - Publié le 01/12/2023 - Crédits photo : Jorge Guerrero / AFP

S'agit-il d'un fait d'Ibère ? L'Espagne compte plus de chiens que d'enfants : 9,3 millions contre 6,7 millions d'humains de moins de 14 ans. Ce chiffre a bondi de 40 % au cours des trois dernières années ! La presse espagnole fait le lien entre dénatalité, pandémie et compagnie canine.

Ce ne sont pas les chiens d'un côté et les enfants de l'autre. Ce sont les chiens qui prennent la place des enfants. Notons que les identitaires de tout poil font peu de cas de ce grand remplacement qui ne dit pas son nom, alors qu'il est consenti par des populations européennes dont les croyances évoluent à toute vitesse, consciemment ou non. Mais, après tout, pourquoi le chien dont je partage la vie, de la niche au crottoir, ne serait-il pas aussi digne qu'un bébé voire davantage ? L'animal n'offre que bonheur et consolation, quand l'humain ne cesse de contrarier et de décevoir, surtout en grandissant.

Cette mentalité n'épouse pas un antichristianisme visant à déchoir l'homme de son piédestal biblique. Pour preuve, la photo du Figaro met en scène une famille désireuse de faire bénir ses chiens à l'Église, comme elle le ferait d'un nourrisson promis au baptême… Ce phénomène montre qu'après le Covid et ses confinements, l'index de la cause animale a grimpé à la bourse des valeurs européennes. Le commerce explose, surtout en ville. Madrid compte aujourd'hui une douzaine de garderies canines ; il n'y en avait aucune en 2015. Pour 7 euros de l'heure, on y socialise les toutous.

Cette réalité nouvelle fait écho à une récente loi sur le bien-être animal, adoptée fin septembre. Il s'agit de responsabiliser les propriétaires dont le nombre justifie qu'on les éduque. Toute personne souhaitant acquérir un chien doit désormais suivre une formation. On ne peut plus laisser un chien plus de vingt-quatre heures seul, sans surveillance, ni l'enfermer sur un balcon, une terrasse, une cave ou dans une voiture fermée.

Ces interdits ont quelque chose de paradoxal. Pourquoi en formuler, alors que, selon le philosophe barcelonais Victor Gomez Pin, « on observe une tendance à l'humanisation des animaux de compagnie [et que] de nombreux propriétaires recherchent (…) comment stimuler des liens émotionnels avec leurs animaux » ? En clair, si les maîtres ne veulent à leur bête que du bien, pourquoi insister à ce point sur les situations de maltraitance ?

Au-delà des maux, il y a les mots. Les militants de la cause animaliste s'attachent à supprimer le rapport de propriété chosifiant l'animal. Le Figaro relève : « On entend parler en Espagne de "guide", voire d'humain, car si l'on parle du chien de Tartempion, on doit pouvoir se référer à l'humain de Rocky. Quant à l'animal, il n'est plus toujours "de compagnie" mais commence à être qualifié de "compagnon animal", plus égalitaire. » Quel sens donner à cette quête d'égalité inter-espèces ? La question ne peut que laisser perplexe, « l'homme [étant] la seule espèce susceptible de revendiquer l'égalité », souligne Victor Gomez Pin. De la même manière, peut-on octroyer des droits aux animaux ? Au sens strict, la chose est compliquée vu qu'il n'y a pas de droits sans devoirs, et qu'en la matière, on ne peut rien attendre ni exiger des animaux.

Quoi qu'il en soit, ce débat renvoie à un problème plus profond, « presque religieux par lequel l'homme rejette sa propre singularité dans un élan nihiliste », ajoute le philosophe interrogé par Le Figaro. Cette thèse est contestable. Humaniser les animaux peut aussi s'entendre comme une manière pour l'homme de se grandir lui-même ou, à tout le moins, de ne pas s'avilir. En 1597, le pape Pie V avait interdit les corridas dans toute la chrétienté, sous peine d'excommunication. L'Église y voyait alors de « sanglants et honteux spectacles dignes des démons et non des hommes », indiquait la bulle De salute gregis que l'on peut traduire par Soucieux du salut de son troupeau, ce dernier mot étant, pour un chrétien, chargé d'un sens commun avec le règne animal.

Depuis 2021, le code civil reconnaît Outre-Pyrénées « le caractère sensible des animaux ». Maintenant que le chien prend plus d'importance que les enfants, que la loi sur le bien-être animal conditionne davantage les esprits, la cause animaliste peut envisager encore plus sereinement l'étape suivante : la chasse et la corrida, lesquelles sont les principales cibles de son combat.

La sélection
En Espagne, quand les chiens prennent la place des enfants
Lire l'article sur Le Figaro
ou
Faire un don
2 commentaires
Le 03/12/2023 à 06:25
Bonjour, Ma question est la suivante: il n'y a pas de LSDJ du 02/12/2023? Merci à vous, Bien cordialement,
Hugo
Le 02/12/2023 à 13:46
Bonjour, La bulle De Salutare Gregis date plutôt de 1567 :) Bien à vous,
Voir tous les commentaires
Ajoutez votre commentaire
Valider
Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?

Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! Stabilo
Je m'abonne gratuitement
LES DERNIÈRES SÉLECTIONS