Récupérer à marche forcée notre énergie nucléaire après l’avoir abandonnée «  au doigt mouillé  » ?
Politique

Récupérer à marche forcée notre énergie nucléaire après l’avoir abandonnée «  au doigt mouillé  » ?

Par Philippe Oswald - Publié le 16/03/2023 - Photo : un soudeur à l'action sur une forge de Framatome au Creusot (JEFF PACHOUD / AFP)
Ça bouillonne dans le chaudron de l’Assemblée nationale ! Pas seulement à cause de la réforme des retraites mais aussi du projet de loi « d'accélération du nucléaire » discuté cette semaine par les députés. En perspective, d'ici à 2035, six, voire huit, voire 14... nouveaux réacteurs du type EPR2. Les estimations des besoins énergétiques de la France à l’horizon 2050 font état d’une hausse de 50% de la consommation d’électricité... D’où une spectaculaire volte-face après des années d’abandon programmé de l’énergie nucléaire pour sceller l'alliance entre le PS et les Verts en 2011, alors que la catastrophe de Fukushima avait ravivé les peurs. L’accord électoral signé le 16 novembre 2011 par le Parti socialiste et Europe Écologie-Les Verts (EELV) stipulait : « Nous réduirons la part du nucléaire dans la production électrique de 75% aujourd’hui à 50% en 2025 et engagerons un plan d’évolution du parc nucléaire existant prévoyant la réduction d’un tiers de la puissance nucléaire installée par la fermeture progressive de 24 réacteurs, en commençant par l’arrêt immédiat de Fessenheim ». Pour faire élire à la présidence le vainqueur de la primaire socialiste, François Hollande, le PS et les Verts n’avaient pas hésité à sacrifier quatre décennies d’une stratégie nucléaire qui avait permis à la France de se doter d’une électricité abondante et décarbonée (cf. LSDJ n°1738).

Les auditions de la commission d’enquête sur « les raisons de la perte de souveraineté et d’indépendance énergétique de la France » mise en place depuis l’automne à l’Assemblée nationale, ont révélé la légèreté stupéfiante avec laquelle notre énergie nucléaire avait été sacrifiée « au doigt mouillé » (Henri Proglio. ex-PDG d’EDF, 2009-2014). Avec « cet accord (PS-EELV) de coin de table, on s’est retrouvé avec un programme qui annonçait la fermeture de 24 réacteurs, et vogue la galère ! », a résumé devant la commission d’enquête Arnaud Montebourg, ancien ministre de l’Industrie (de 2012 à 2014) de François Hollande. Même son de cloche de Manuel Valls, ancien ministre puis premier ministre : « La décision des 50% était imposée par l’accord avec les Verts. Pour autant, aucune étude d’impact ou analyse de besoin ne justifiait le passage de 75% à 50% de nucléaire dans la consommation énergétique ». Une politique que Macron 1 avait poursuivie notamment en fermant Fessenheim, pour contenter les écologistes et les Allemands, et que Macron 2 prétend aujourd’hui totalement inverser. Au début de ce mois de mars, les députés examinant en commission le projet de loi d’accélération du nucléaire ont voté, comme l’avaient fait avant eux les sénateurs, la suppression dans la loi de deux objectifs qui y avaient été inscrits : la réduction à 50% de la part du nucléaire dans la production d’électricité en France et le plafonnement à 63,2 GW de la puissance nucléaire. « La filière a besoin, après des années de signaux négatifs et contradictoires, d’un signal de confiance », a souligné le rapporteur du texte, la députée Renaissance Maud Bregeon.

Mais rattraper le temps perdu n’est jamais simple, a fortiori s’agissant d’énergie nucléaire. Ne risque-t-on pas à présent de brûler les étapes en bradant la sécurité après avoir agité des peurs irrationnelles sur nos centrales nucléaires ? Par exemple, dans le projet de réforme nucléaire, Agnès Pannier Runacher, ministre de la Transition énergétique, a proposé de fusionner l'ASN, l'Autorité de sûreté nucléaire avec l'IRSN, un institut public d'expertise créé il y a vingt ans, après la catastrophe de Tchernobyl. Le gouvernement voulait « fluidifier » les relations entre les deux organismes. Mais les syndicats de l'IRSN ont dénoncé un risque de désorganisation et une menace pour leur indépendance de veilleurs sur les risques de l'atome. Les alertes actuelles sur le vieillissement de certaines centrales, avec notamment l’apparition de fissures nécessitant des réparations, donnent plus de portée à leurs voix. Elles ont été entendues d’une majorité de députés : l'Assemblée nationale a rejeté hier, 15 mars, en première lecture, cette absorption de l'institut expert en France de la sûreté nucléaire dans l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

La relance du nucléaire aura un coût. 52 milliards d'euros au strict (et très improbable) minimum rien que pour les six premiers EPR2. Mais « il n’est de richesse que d’hommes » (Jean Bodin). La France a-t-elle encore les compétences pour reconstruire une filière nucléaire de premier plan ? On demande des ingénieurs en nucléaire et des soudeurs de haute précision, des emplois garantis pour près d’un demi-siècle ! « Il va falloir embaucher entre 10 000 et 15 000 personnes chaque année durant au moins dix ans. Colossal ! » souligne La Croix (article en lien, ci-dessous).
La sélection
Récupérer à marche forcée notre énergie nucléaire après l’avoir abandonnée «  au doigt mouillé  » ?
Relancé, le nucléaire cherche des bras
La Croix
ou
Faire un don
Ajoutez votre commentaire
Valider
Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?

Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! Stabilo
Je m'abonne gratuitement
LES DERNIÈRES SÉLECTIONS