Partager

International

La synthèse

Vladimir Poutine, le tsar éternel

Par Judikael Hirel - Publié le 10 mars 2020

Il va pouvoir "repartir de zéro"… Vladimir Poutine vient d’être autorisé par le Parlement russe à se représenter en 2024, et donc à effectuer deux mandats supplémentaires. Celui qui est à la tête de la Fédération de Russie depuis vingt ans n’avait que virtuellement quitté son poste de président de 2008 à 2012 avant de reprendre ses fonctions. Mais la constitution russe l’empêchait jusque-là de demeurer plus longtemps à la tête du pays, et il s’était défendu de vouloir rester à son poste.

Le président russe a toutefois annoncé mardi qu'il pourrait se présenter à un nouveau mandat présidentiel, une fois sa réforme constitutionnelle rapidement adoptée en deuxième lecture par les députés. Cette réforme constitutionnelle remettrait tout simplement le compteur de mandats de l’actuel président à zéro. Reste maintenant à la Cour constitutionnelle de trancher, mais son verdict ne fait guère de doute. En une demi heure chrono, la décision a été prise par la Douma, avec un sens de la mise en scène digne d’Hollywood : alors que la réforme constitutionnelle ne prévoyait pas cela, c’est la dernière députée à s’exprimer, Valentina Terechkova, 83 ans, ex cosmonaute et première femme à avoir effectué un vol dans l’espace, qui a "spontanément" proposé l’idée : "si le peuple le veut et si la situation l’exige, il faut permettre au président en exercice de se présenter à nouveau à ce poste." Il aura suffi d’une interruption de séance pour transformer l’idée en amendement, et d’une demi-heure pour le voter… Du grand art, digne de l’ancien chef du FSB, les services de renseignement russes.

Vladimir Poutine avait auparavant rejeté l’idée de prolonger son mandat, tout comme le principe d’un régime parlementaire pour la Russie, "absolument inacceptable", selon lui : "Regardez ce qui se passe dans les pays traditionnellement de démocratie parlementaire, en Europe. Je le dis sans exagération. Pendant plusieurs années dans certains pays, ils ne peuvent pas former un gouvernement." "Le monde change et ces changements sont irréversibles, a-t-il notamment déclaré. Nous voyons à quel point la situation est difficile dans la politique mondiale, dans le domaine de la sécurité, dans l'économie mondiale. Sans oublier le coronavirus et les prix du pétrole qui dégringolent, et avec eux la monnaie nationale et le taux de change qui sont également perturbés."

Dans une situation internationale "turbulente", Vladimir Poutine dit vouloir renforcer l’ "autorité" de la Russie, jugeant en ces temps incertains que "la stabilité est peut-être plus importante et doit être prioritaire." Parmi les autres amendements votés ces derniers jours, l’introduction dans la constitution de la Fédération de Russie de la foi en Dieu, de l’interdiction du mariage homosexuel ou de la protection par l’Etat de la vérité historique avaient jusque-là retenu l’attention. Un vote populaire devrait maintenant avoir lieu le 22 Avril prochain afin de réélire l’éternel tsar russe pour un nouveau mandat de six ans. En attendant le prochain.


La sélection

Les dernières sélections