La Sélection du jour | Une urgence du déconfinement : libérer les enfants des écrans ! (n°978)
Partager

Education

La synthèse

Une urgence du déconfinement : libérer les enfants des écrans !

Par Philippe Oswald - Publié le 02 juin 2020

Déjà très problématique avant la crise sanitaire du coronavirus, l’addiction aux écrans, qui affecte en particulier les jeunes, est devenue un enjeu de santé majeur à cause du confinement. L’internet récréatif a représenté incontestablement un palliatif à l’enfermement, l’enseignement à distance a permis à certains écoliers et aux étudiants de ne pas décrocher, tandis que le télétravail offrait à nombre d’adultes l’unique moyen d’exercer leur activité professionnelle. Mais beaucoup, notamment les plus jeunes, n’ont utilisé les écrans (télé, consoles de jeux, ordinateurs, tablettes, smartphones) que pour tromper leur ennui. Chez eux, le confinement a provoqué une surconsommation de films, de jeux vidéo, et de bavardages narcissiques via les réseaux sociaux. Le temps passé devant les écrans, déjà très excessif avant l’épidémie (presque 3 heures quotidiennes à 2 ans, 5 à 8 ans et 7 à l’adolescence) aurait augmenté de plus du tiers au cours des deux derniers mois, portant la moyenne à 4h par jour chez les petits de maternelle, et jusqu’à 10h chez les ados.

Seuls ceux qui auront su utiliser le numérique comme un instrument plutôt que comme un dérivatif compulsif s’en sortiront sans dégâts. Ceux-ci sont connus : ils touchent la santé (manque de sommeil, sédentarité, obésité), l’équilibre émotionnel (anxiété, agressivité), le développement cognitif (langage, concentration), affectent les relations intrafamiliales, et compromettent la réussite scolaire. Il y a longtemps que l’alerte a été lancée par des médecins, des psychologues et des éducateurs sur les dégâts difficilement réversibles, voire irréversibles pour les tout-petits, de cette drogue que constitue l’omniprésence de l’écran pour le cerveau des enfants (a fortiori quand les contenus sont hyper-violents ou pornographiques). Parmi ces lanceurs d’alerte, Michel Desmurget, docteur en neurosciences, chercheur au CNRS, directeur de recherche à l’Inserm, et auteur de « La fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants » (Éditions du Seuil, 2019).

Au sortir du confinement, que faire pour réduire l’accoutumance des jeunes aux écrans et leur permettre de revenir à un usage raisonnable ? Michel Desmurget ouvre des pistes dans un entretien au Figaro (en lien ci-dessous). Il conseille aux parents et aux éducateurs d’expliquer sans relâche plutôt que de pratiquer l'oukase, sans renoncer cependant à établir ou à rétablir des règles précises : pas d’exposition aux écrans avant 6 ans (en tout cas pas plus de 30 minutes quotidiennes à condition que les contenus soient adaptés à l’âge); pas d’utilisation durant l’heure qui précède le sommeil; pas d’écran dans les chambres; pas de consultation pendant qu’on est engagé dans une autre tâche; favoriser enfin et surtout les activités alternatives aux jeux vidéo (lecture, art, sport, cuisine, échanges intrafamiliaux, etc.)… Etant entendu que l’exemple donné par les parents est déterminant : quelle peut-être leur crédibilité si leurs enfants les voient rivés en permanence, y compris pendant les repas, à leur smartphone ?


La sélection

Les dernières sélections