La Sélection du jour | Un questionnaire Covid pour évaluer le taux de complotisme chez les étudiants (n°1185)
Partager

Education

La synthèse

Un questionnaire Covid pour évaluer le taux de complotisme chez les étudiants

Par Louis Daufresne - Publié le 29 janvier 2021

« Ça a la couleur de l’alcool, le goût de l’alcool… mais ce n’est pas de l’alcool ! » Ce vieux slogan publicitaire est déclinable à une kyrielle de sujets aux apparences trompeuses. Comme ce « questionnaire thématique à grande échelle » visant à analyser « les effets du confinement de mars/avril 2020 sur les étudiants de l'université de Bourgogne ». Le but affiché ? Renseigner les étudiants-chercheurs sur divers aspects de la vie quotidienne. (…) « Votre participation est entièrement anonyme », rassure la direction. Mais que signifie l’anonymat sur Internet ? L’enquête n’a rien d’improvisé : « 15 à 20 minutes » sont nécessaires pour répondre à… 74 questions ! La plupart sont anodines comme Dans quel type de logement avez-vous passé le confinement ? ou Aviez-vous passé plus de temps en pyjama qu’habituellement ?

Une première question intrigue toutefois : elle porte sur le vaccin et arrive très vite, en 13e position : Comptez-vous vous faire vacciner contre le Covid si le choix vous en est laissé ? Bizarre car la question est hors champ. Personne ou presque ne parlait du vaccin au printemps dernier…  

Mais c’est après que les choses se gâtent. On s’aperçoit que le questionnaire vise en fait à mesurer votre taux de complotisme. Ça commence tout doux :

Pensez-vous que des personnes produisant un discours à plus ou moins grande audience sur les réseaux sociaux ont eu une influence sur vos opinions, vos pratiques culturelles et/ou sur vos consommations ?

Soit. Passons. Puis :

Quels types de sources avez-vous utilisés pour vous informer pendant le confinement, et à quelle fréquence les avez-vous consultés ?

Là, les apprentis sociologues proposent les choix suivants : 

- échanges sur les réseaux sociaux/forums (Facebook, Twitter, commentaire YouTube, …)

Puis ils classent les media de manière très contestable en distinguant trois types de media :

-  médias de transmission de l’information (AFP, journaux télévisés, le Monde, le Parisien, BFM, LCI, France info, y compris en ligne, …)

-  médias dits d’investigation (Mediapart, Canard Enchaîné, Cash investigation, Disclose…)

-  médias d’opinions ou non-journalistiques (Valeurs Actuelles, L’heure des pros (Pascal Praud), TPMP, Le Média, sites de réinformation, …)

-  vidéaste ou influenceur

Cette typologie sacralise les media étatiques et mainstream et rejette les francs-tireurs dans les ténèbres extérieures de l’info (Valeurs actuelles et Cnews). Les journalistes n’appartiennent qu’à un seul camp…
L'opinion est réservée aux réacs, aux beaufs et aux charlots. Mediapart et Cash investigation sont valorisés comme des media nobles. Mais qui peut croire qu’ils ne diffusent pas aussi une opinion ? (au passage, Cash est une émission, pas un media). Ainsi formulée, la question édicte une norme, dit aux étudiants ce qu'ils doivent penser de tel ou tel media, choisit ceux qui sont dignes de délivrer de l'information. L'enquête quitte les rails de la neutralité requise.

Puis une question sollicite votre opinion sur l’origine de la pandémie. Cases à cocher :

- le virus est apparu de manière naturelle

- le virus a été créé intentionnellement en laboratoire

- le virus a été créé accidentellement en laboratoire

- le virus n’existe pas réellement.

- sans réponse

Comment un étudiant peut-il apprécier cette question ? C'est impossible. Même l'OMS ne le sait pas... Simplement, sa réponse dira de quel point de vue il parle.

Le reste du questionnaire est à l'avenant. Prenons l’avant-dernière question : 

Parmi les affirmations suivantes, si vous en avez entendu parler, lesquelles vous ont paru crédibles :

- le ministère de la Santé et l’industrie pharmaceutique cachent au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins.

- les attentats du 11 septembre ont été organisés en lien avec Israël et les services secrets américains. Quel rapport avec le confinement du printemps ? 

- le Covid est causé ou activé par les tours de télécommunication 5G.

- le traitement à base de chloroquine élaborée par l'équipe de Didier Raoult est efficace.

- le virus s’est transmis à l’homme par une chauve-souris ou un pangolin.

- les autorités mentent sur la dangerosité du virus afin de mettre en place un système politique plus autoritaire/totalitaire.

- on cherche à censurer le documentaire « Hold Up », car il révèle des vérités sur la pandémie qui dérange le pouvoir. 

Cette enquête est l'œuvre des étudiants de L3 de sociologie. Ce ne sont pas des sondeurs professionnels mais ils vont le devenir. Or ce questionnaire recèle un vice caché : prendre prétexte du confinement pour sonder le degré d'allégeance des jeunes à l'information mainstream n'est pas honnête. C'est ce genre d'initiative qui nourrit le complotisme que l'enquête prétend débusquer. Comment exploiter ces données si des artefacts polluent l’analyse ?

Cette enquête a le goût de la sociologie mais l'arrière-goût de l’idéologie.


La sélection

Les dernières sélections