Partager

International

La synthèse

Trump débarrassé du "complot" avec les Russes

Par Philippe Oswald - Publié le 26 mars 2019

Pour Donald Trump, c’était la mère de toutes les "fake news" qu’il se plaît à dénoncer : depuis son élection, les Démocrates américains et nombre de médias avançaient que le président américain devait sa victoire électorale aux Russes, dont un sombre complot aurait permis d’éliminer Hillary Clinton de la course à la Maison Blanche en 2016. Les Démocrates, qui bénéficiaient d’une claire préférence médiatique aux Etats-Unis, en France et ailleurs, misaient sur le rapport Mueller pour que s’abatte l’épée de Damoclès qui aurait tranché le sort politique de Donald Trump. Sur fond de "russophobie" et de "Poutinophobie", la preuve d’une collusion entre son équipe de campagne et le Kremlin aurait déclenché une procédure d'impeachment pouvant se solder par un procès en destitution.

Or voilà que ce gros "sparadrap" collé aux basques du président depuis trois ans vient d’être arraché par le procureur spécial Robert Mueller, ancien patron du FBI : au terme de 665 jours d’enquête, 2.800 assignations à comparaître, 500 mandats de perquisition, ayant mobilisé 500 témoins, 19 avocats et 40 agents du FBI, il n'est "pas établi que des membres de la campagne Trump aient conspiré ou se soient coordonnés avec le gouvernement russe dans ses activités visant à interférer" dans la campagne, écrit en toutes lettres le procureur spécial dans son rapport. Certes, les Russes ont voulu influencer l’élection de 2016 en faveur de Trump, mais aucune preuve ne confirme qu’ils auraient agi en collaboration avec l’équipe du candidat républicain. En outre, sans laver totalement Donald Trump d’avoir fait ensuite entrave à la justice, le procureur déclare ne pouvoir l’établir fermement. La conclusion générale du rapport de Robert Mueller a été une heureuse surprise pour Donald Trump, qui n’avait cessé d’émettre de vigoureuses réserves quant à la légitimité de cette enquête qui lui paraissait menée entièrement à charge contre lui par des enquêteurs réputés compétents mais tenants du parti démocrate.

"No collusion, No obstruction, Complete and Total EXONERATION", a tweeté triomphalement Donald Trump, dès le nouvelle connue, dimanche 24 mars. C’est une fameuse libération pour le président américain, qui s’était vu contraint par le Congrès d’émettre des sanctions contre la Russie alors qu’il entend normaliser les relations avec Poutine, le véritable adversaire à ses yeux étant la Chine. C’est surtout une défaite cuisante pour les Démocrates, à un an de la prochaine campagne pour l’élection présidentielle. D’autres affaires, fiscales ou financières, suivent leur cours contre Trump, mais aucune accusation n’approche la gravité d’une conspiration avec la Russie, qui reste un spectre tenace Outre-Atlantique depuis la guerre froide. Privés de cette bombe atomique contre Donald Trump, les Démocrates vont devoir changer de registre pour lui opposer un véritable projet politique dans la campagne pour 2020. La plupart des observateurs estiment qu’il leur sera difficile de maintenir les accusations "ad hominem" contre Trump sans être accusés d’acharnement. Quant à Trump, il ne manquera pas d’exploiter au maximum cette déconfiture de ses adversaires politiques et médiatiques pour décrédibiliser toutes les autres enquêtes menées contre lui.

La traduction française du résumé du rapport qui dédouane Donald Trump de collusion avec la Russie a été publié en exclusivité par Contrepoints.



La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.