La Sélection du jour | Terrorisme islamique : Boko Haram, 11 ans d’horreurs (n°1032)
Partager

International

La synthèse

Terrorisme islamique : Boko Haram, 11 ans d’horreurs

Par Philippe Oswald - Publié le 04 août 2020

Le groupe terroriste islamiste Boko Haram vient de perpétrer un nouveau carnage. Au moins 16 personnes ont été tuées au nord du Cameroun dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 août, au cours de l’attaque d’un camp précisément destiné à servir de refuge aux populations locales… Radicalisé et constitué en groupe armé dans le Nord-Est du Nigeria en 2009, affilié depuis au groupe de l'État islamique ISWAP (Islamic State's West Africa), Boko Haram n’a cessé de multiplier les attaques sanglantes accompagnées de pillages : au Nigéria, le 9 juin dernier, un de ses raids a fait 62 morts, chrétiens et musulmans mêlés, parmi les villageois de Faduma Koloram, une localité située près du lac Tchad. Après cette tuerie perpétrée en représailles contre ce village tenu pour favorable aux forces de sécurité nigérianes, les assaillants ont emporté un millier de têtes de bétails. C’était la deuxième attaque d’envergure menée par ce groupe terroriste en deux semaines dans cette région du Nigéria.

Depuis le début de l’année, Boko Haram concentre ses attaques autour du lac Tchad, une immense étendue d'eau et de marécages parsemée d'îlots que se partagent le Nigeria, le Tchad, le Niger et le Cameroun. Ses raids lui permettent de voler du bétail et des vivres, en faisant le maximum de victimes. Lors de l’attaque de la nuit du 1er au 2 août dernier au Cameroun, les terroristes se sont vengés sur des civils sans défense de la perte de cinq des leurs, tués par l’armée camerounaise sept jours plus tôt. La lutte anti-terroriste des forces gouvernementales des pays de la région, théoriquement coordonnées depuis 2015 au sein d'une Force multinationale mixte (FMM), reste brouillonne et ponctuée d’échecs sanglants.

Boko Haram est tenu pour responsable de plus de 30 000 morts et de l’exil de près de 3 millions de personnes. Coutumiers des enlèvements de jeunes filles (vieille tradition islamique), ces terroristes ne reculent devant aucune atrocité, jusqu’à utiliser des fillettes munies de ceintures d’explosifs pour perpétrer des attentats au cœur d’une foule. « Boko Haram, c’est la bête de l’Apocalypse ! », expliquait en janvier dernier à l’association internationale Aide à l’Église en Détresse, Mgr Bruno Ateba, évêque du diocèse de Maroua-Mokolo (nord du Cameroun), dans un entretien en lien ci-dessous : « Même si on coupe la tête, une autre repousse ! »


La sélection

Les dernières sélections