Partager

Société

La synthèse

Stop aux actes anti-chrétiens en France !

Par Philippe Oswald - Publié le 21 mars 2019

Injures, vandalisme, profanations : on assiste à une explosion de propos et d’actes hostiles au christianisme et plus particulièrement au catholicisme en France. Ces derniers jours, l’appel interjeté par le cardinal Barbarin à sa condamnation et le refus du pape François d’accepter la démission de l’archevêque de Lyon avant le verdict définitif, a relancé sur les chaînes d’information un « catho bashing » sans limite, glissant de l’ironie à la haine. S’il est impossible de recenser toutes ces attaques verbales, parfois injurieuses et diffamatoires, on peut plus facilement compter les actes anti-chrétiens commis en France. Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, les dégradations et les profanations d’églises, d’objets religieux, de cimetières, ont plus que doublé en huit ans : 522 recensés en 2010, 1063 en 2018 !

Le début de cette année 2019 est marqué par un rythme supérieur à deux profanations ou actes de vandalisme par jour : « Au cours du seul mois de janvier, 66 actes anti-chrétiens sont à déplorer dans notre pays », constatent deux élus LR, Annie Genevard, députée du Doubs et vice-présidente de l’Assemblée nationale, et Philippe Gosselin, député de la Manche et vice-président de la Commission des lois. Afin de juguler ce phénomène inquiétant, ils ont écrit mardi 19 mars au président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, pour lui demander la création d’une mission d’information. « Face à cela, la représentation nationale n’a pas le droit de détourner le regard », soulignent les deux élus qui appellent les députés à donner « une réponse à la hauteur de ces événements dramatiques », « au-delà de toute considération partisane ».

Contacté par Aleteia (20 mars), Philippe Gosselin explique ce qu’il attend de cette mission d’information : « L’intérêt de la mission est de faire la part entre ce qui est réellement de la profanation et ce qui reste du vandalisme. Une fois que l’on aura fait cette distinction, nous pourrons réaliser une cartographie précise. Grâce à cette typologie des actes, il sera plus facile d’analyser les raisons qui ont poussé les malfaiteurs à s’adonner à de telles actions et donc trouver des solutions ».

Si les médias français n’ont, dans l’ensemble, accordé qu’une place mineure à ces actes anti-chrétiens, la presse étrangère s’étonne de leur multiplication en France. Ainsi en Espagne, le quotidien madrilène ABC (en lien ci-dessous, traduit par Courrier International) déplore la profanation d’« une dizaine d’églises en une semaine dans différentes régions françaises ». ABC y voit la marque « du vandalisme antichrétien le plus évident ».


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.