Partager

Politique

La synthèse

Sommes-nous encore en démocratie ?

Par Judikael Hirel - Publié le 27 février 2021

Sale temps pour les démocraties à travers le monde, en cette époque frappée par la pandémie. C’est ce qu’estime la dernière étude menée par The Economist. « La pandémie a provoqué un recul sans précédent des libertés démocratiques en 2020, explique-t-elle. Y avait-il un autre moyen ? Il n’existait pas d’alternative évidente aux politiques de distanciation sociale, de quarantaine et de confinement menées par les gouvernements. En soi, cela ne signifiait pas pour autant un tel virage vers l’autoritarisme de la part des démocraties à travers le monde. »

En matière de recul des libertés, la France ne fait pas exception : entre conseils de défense soumis au secret, gouvernement pas décret et libertés suspendues, notre pays ne serait plus une « démocratie à part entière » mais une « démocratie imparfaite » selon cette étude. Dans ce classement, nous finissons désormais à une peu glorieuse 24e place, avec un indice de démocratie tombant de 8,12 à 7,99. Au total, à travers le monde, seuls 23 pays sur 167 obtiennent désormais la classification de démocratie entière dans cette 13e édition de ce Democracy Index.

Jean-Frédéric Poisson pointait 12 libertés malmenées dans une vidéo récente (1'17 à 3'37) : liberté d’aller et venir, de réunion, de manifestation, de travailler, d’éduquer ses enfants, de pratiquer le culte, de prescrire (médecins), atteinte au patrimoine et à la propriété privée (commerçants), liberté d’opinion (fiches), d’expression (censure, délation), absence de contrôle du Parlement, absence de transparence...

Il faut dire que les mesures anti-Covid ont effectivement porté un coup dur à la démocratie à travers le monde. Selon les chercheurs britanniques, « cet abandon volontaire de libertés fondamentales » à travers le monde « aura été peut-être une des conséquences les plus remarquables » de cette pandémie. « Cela ne signifie pas pour autant que les gouvernements et les médias auraient dû censurer les sceptiques à l’égard du confinement : les tentatives de restreindre la liberté d'expression sont contraires aux principes démocratiques. Le retrait des libertés civiles, les atteintes à la liberté d’expression et les échecs de la responsabilité démocratique survenus à la suite de la pandémie sont des choses graves »

Plus largement« la pandémie a posé la question de savoir si le public devrait, temporairement, abandonner les libertés démocratiques pour sauver des vies. Par leurs actions, la majorité des gens ont répondu par l'affirmative. Le problème était qu'ils n'étaient jamais vraiment invités à y réfléchir. La qualité de toute démocratie peut être mesurée par les questions qu'elle pose au public pour décision ou orientation. La pandémie a confirmé que de nombreux dirigeants se sont habitués à exclure le public de la discussion sur les questions urgentes du jour et a montré comment la gouvernance d'élite, et non la participation populaire, est devenue la norme. »

Faut-il y voir un mouvement de fond à l’échelle mondiale vers des régimes plus autoritaires, voire liberticides ? Ce n’est pas à exclure. En France, le vote de cette loi sur la sécurité globale, permettant notamment le fichage des opinions, est une chose étonnante. Serions-nous déjà en démocrature, sorte de « Canada Dry » ayant l’apparence d’une démocratie mais dissimulant un régime de plus en plus centralisé et autoritaire ? La nature même du régime instauré par la Ve République, sorte de monarchie sans roi, concentre déjà la majorité des pouvoirs entre les pouvoirs du locataire de l’Elysée. Et ce plus encore depuis le passage au quinquennat et l’alignement des élections législatives sur l’élection présidentielle. Le pas à franchir avant de vivre soumis à un état d’urgence permanent n’est pas si grand en fait, à force de voir l’exception devenir la norme.

« Sommes-nous toujours en démocratie ? », s’interrogent Natacha Polony et Nicolas Baverez dans le FigaroVox. Si, selon Natacha Polony, « le terme de "dictature sanitaire" est employé à tort et à travers, en revanche, les experts, en particulier médicaux, ont été placés dans une position qui ne devrait pas être la leur du point de vue démocratique. Ils l’ont été par des gouvernants qui n’assument plus leur rôle. Le comité scientifique a servi de caution à un pouvoir qui jouait sur la peur pour maîtriser les populations. Même dans les moments de pause de l’épidémie, la représentation nationale n’a pas été associée aux choix stratégiques. »

La gestion de crise a été centralisée par le président de la République à travers le conseil de défense« qui est fait pour tout sauf pour répondre à une crise sanitaire, souligne Nicolas Baverez. Un nouveau régime de circonstances exceptionnelles a été ajouté, débouchant sur une régression inédite des libertés publiques. » Ainsi, « le débat public n’a jamais été engagé en France autour de la crise sanitaire. Il a été monopolisé et biaisé par le président de la République et son gouvernement qui l’ont posé dans de mauvais termes en présentant un choix entre l’économie et la vie qui conduit tout citoyen responsable à opter pour la vie. »


La sélection

Les dernières sélections