La Sélection du jour | RATP et retraites : privilèges en sous-sol (n°754)
Partager

Société

La synthèse

RATP et retraites : privilèges en sous-sol

Par Judikael Hirel - Publié le 13 septembre 2019

On parle d'une grève historique, ou de la dernière grande grève, un baroud d'honneur. C'est en effet du jamais vu depuis douze ans en région parisienne, avec seulement deux lignes de métro automatiques opérationnelles en journée une absence totale de service minimum pour les millions d’usagers franciliens. Encore une fois, la France a les yeux tournés vers Paris. Si les salariés de la RATP font grève, c’est pour protester contre la réforme des retraites portée par le gouvernement Philippe, qui devrait mettre un terme à bien des avantages dont ils bénéficient du fait de leur statut. Des avantages d’un autre temps, et une grève contre une réforme qui prendra effet… en 2040 ! Mais, comme ils le reconnaissent eux-même, "si la réforme des retraites passe, ça ne servira plus à rien d’être à la RATP".

Car, hors de tout fantasme, les chiffres parlent d'eux-même : être à la RATP, c’est une pension de retraite s'élevant en moyenne 3.705 euros, contre 2.206 euros pour un fonctionnaire d’État. Comparés aux anciens salariés du secteur privé des transports, les retraités de la RATP ont une pension supérieure de 24 %. Ils ont surtout un taux de remplacement (la part du dernier salaire touchée en arrivant à la retraite) qui atteint le niveau record de 88%, contre 75% en moyenne dans le public et seulement 50% dans le privé. En moyenne, l’âge auquel les agents liquident leurs droits est de 55,7 ans à la RATP, contre 63 ans dans le privé, et plus de 61 ans dans le public, selon la Cour des comptes dans un rapport de juillet dernier. La RATP, c’est aussi une caisse de retraite déficitaire à hauteur de 736 millions d’euros par an, soit 11 euros par Français et par an utilisés pour maintenir tous ces avantages.

Au vu de tout cela, impossible de ne pas comprendre les raisons de faire grève des salariés de la RATP. Mais le souci est qu'ils sont sans doute parmi les plus mal placés pour le faire, comparés à tant d’autres salariés du secteur public (santé, éducation, armée, police…) ou du privé. Pourtant, plus largement, les fondements même de cette réforme constituent une véritable bombe à retardement : sous l’apparence d’une réforme égalitaire, l’instauration d’une retraite à points pour tous les Français ne doit pas masquer que, finalement, c’est à l’État que reviendra le privilège de fixer la valeur de ce point. Une valeur qu’il suffira, un jour ou l'autre, inévitablement, de ne pas augmenter… ou de réduire. Demain, des retraites dévaluées, mais pour tous ? Sans aucun doute.


La sélection

Les dernières sélections