Partager

Santé

La synthèse

Pourquoi un tel manque de confiance dans le discours sanitaire officiel ?

Par Jean Staune - Publié le 02 août 2021

Donnant la parole à ceux qui manifestent contre le passe sanitaire, Le Figaro, dans un article intitulé « Ils n'ont fait que mentir », parle de personnes « mues par la même défiance ».

Mais d’où vient cette défiance ? Voici une série de faits vérifiables par tous :

– Au début de l’épidémie, le discours officiel du gouvernement nous assurait que les tests et les masques ne servaient à rien, et c’est tout juste si le directeur général de la santé ne culpabilisait pas les gens qui portaient des masques dans les lieux publics. Quelques mois après le même discours fustigeait tous ceux qui refusaient de porter ces masques… même sur les plages !

– Au début de l’épidémie le discours officiel des scientifiques et des médias nous assurait que le virus ne pouvait pas être le fruit de bricolages humains et ceux qui évoquaient cette possibilité étaient vilipendés et traités de complotistes. Mais aujourd’hui cette hypothèse est devenue une des plus crédibles. Dans un scénario quasiment « orwellien » Facebook a réécrit ses affirmations sur ce sujet, car elles apparaitraient absurdes aujourd’hui !

– Le 22 mai 2020 la prestigieuse revue médicale The Lancet publiait une étude montrant que l’hydroxychloroquine était inefficace et même dangereuse pour le traitement du Covid-19. Le 27 Mai, se basant sur cette étude, le gouvernement interdit l’usage de l’hydroxychloroquine pour traiter l’épidémie. Le 4 juin cette étude qui « avait conduit à la suspension de l’usage de ce traitement en France contre le Covid-19 » comme le confirme le Monde, est retiré par The Lancet : la totalité des données sur lesquelles elle reposait avait purement et simplement été inventée ! Certes, régulièrement, des articles faux sont publiés par des revues scientifique de bas niveau, mais c’est la première fois qu’un scandale aussi incroyable arrivait dans une revue comme The Lancet. L’interdiction ? Elle est toujours en cours !

– Il y a quelques mois, le discours officiel nous assurait que l’inscription de l’ARN dans notre ADN par les vaccins était impossible et ceux qui pensaient que c’était possible, comme le Pr Perronne, étaient également traînés dans la boue et traités d’incompétents ou d’obscurantistes. Mais aujourd’hui les meilleurs spécialistes ont démontré que l’ARN du Covid-19 peut effectivement s’inscrire dans l’ADN (même sans l’aide des vaccins) et c’est la raison de l’existence des Covids longs.

– Le 3 juin Olivier Véran déclarait : « Le passe sanitaire n'est pas fait pour embêter les gens… tous ces trucs-là m'effraient et je lutterai toute ma vie contre ça. Je suis contre le passe sanitaire dans les restos ». Or, dans une semaine le passe sanitaire sera obligatoire au restaurant.

Mais le plus extraordinaire vient de se produire sous nos yeux. Une étude de l’institut Pasteur concluait que les personnes vaccinées avaient 12 fois moins de chances de transmettre la maladie (même avec le variant Delta !) que les personnes non vaccinées. C’était une très forte incitation à la vaccination de toute la population, y compris les plus jeunes, pour arrêter l’épidémie. Cela fut repris immédiatement par tous les discours officiels. Jean-Michel Blanquer allant même jusqu'à dire que les vaccins stoppaient la transmission du virus (ce qui fut dénoncé comme fake news par l’AFP !). Mais une étude américaine vient de montrer que le variant Delta est propagé par les personnes vaccinées aussi bien que par les personnes non vaccinés, et cela après une étude Israélienne qui donnait le chiffre déjà très réduit de 38% de contamination évitées par rapport à la non vaccination (et non pas 12 fois moins).

Après vérifications la fameuse étude de Pasteur tant citée était… une modélisation, c’est-à-dire qu’elle n’était basée sur aucun fait réel ! Mais rares furent les médias à le signaler. Dans un pays normal, le président du conseil scientifique devrait apparaître à la télévision et dire « nous nous sommes trompés, il n’y a plus aucune raison de vacciner les jeunes qui n’ont qu’une chance infime de mourir du Covid-19, alors que ce sont eux les plus exposés aux effets secondaires graves, comme le montre l’exemple des cardiomyopathies chez des jeunes dont les liens avec les vaccins à ARN ont été confirmés en Israël comme aux États-Unis ». Mais vous pouvez être certains que vous ne verrez pas cela.

Et c’est cela qui est absolument dramatique : aucun des faits rapportés ci-dessus n’a donné lieu à des excuses du gouvernement. Pourtant il aurait été facile de dire : « étant donné la vitesse à laquelle change notre compréhension de ce virus, nous avons dit ceci, aujourd’hui nous savons que c’était une erreur. » Le docteur Fauci vient de reconnaître que les résultats de cette étude américaine modifiait totalement la situation : « ce n’est pas la science qui change, c’est le virus » !

L’incapacité du gouvernement à faire cette démarche de vérité ne peut que propager la défiance à travers différentes couches de la société. Un signe parmi d’autres est cet intéressant article au vitriol du philosophe Reza Moghaddassi, qui montre que malgré la pression exercée sur tous ceux qui pourraient dévier de la « ligne officielle », de plus en plus de penseurs sont susceptibles de questionner ouvertement ce qui peut apparaître au mieux comme une incompétence qui cherche à se cacher, au pire comme une manipulation. Quand est-ce que le gouvernement et les médias feront enfin une étude sérieuse sur leur propre rôle dans la diffusion d’une défiance envers le discours sanitaire ?


La sélection

Les dernières sélections