La Sélection du jour | Pourquoi les jeunes doivent se bouger ! (n°1075)
Partager

Sport

La synthèse

Pourquoi les jeunes doivent se bouger

Par Judikael Hirel - Publié le 23 septembre 2020

Les jeunes sont-ils en train de perdre le sens de l’effort, et avec lui leur futur capital santé ? Ils marchent et courent de moins en moins, font de moins en moins d’exercice physique. Certes, le mode de vie urbain est passé par là, et les parents couvent aussi parfois trop leurs enfants, notamment en les transportant pour le moindre déplacement proche. Résultat : les capacités physiques des jeunes de 7 à 18 ans sont en chute libre.

Tel est en effet le constat d’une étude révélée le 23 septembre, Journée nationale du sport scolaire : en un demi-siècle ans, les 7-18 ans ont déjà perdu 25% de leurs capacités physiques. C’est énorme ! Et alors qu’ils passent des heures entières chaque jour devant un écran, les dégâts sur leur forme physique, et donc sur leur santé future, devraient encore s’accélérer. Le professeur François Carré, cardiologue et professeur à Rennes 1, a sonné l’alarme à ce sujet au micro de RTL : nos enfants ne bougent plus assez, et nous n’en réalisons pas assez les conséquences. En effet, notre capital santé, celui de toute une vie, se construit jusqu'à 18 ans. Combien de marches d'escalier peut-on monter sans être essouflé ? Telle est la question qui permet de le mesurer simplement. Alors que jusque-là, le diabète de type 2, c’est-à-dire lié au surpoids, touchait en priorité l’homme de 40 ans, aujourd’hui, les chiffres le prouvent : ce sont des diabétiques de 14 ou 16 ans qui fréquentent les cabinets médicaux. À terme, estime le Professeur Carré, si rien ne change, nos enfants risquent soit d'avoir une espérance de vie moins longue que la nôtre, soit de devoir prendre des médicaments beaucoup plus tôt pour pouvoir espérer vivre aussi longtemps que leurs parents…

"Notre pays a déploré environ 27 600 décès après 65 ans du Covid-19, soit 0,2% des Français de cette couche d’âge, souligne pour sa part Jean-David Zeitoun, docteur en épidémiologie clinique, dans une tribune publiée dans les colonnes du Monde. Pendant ce temps, le confinement dur – qui était la seule option raisonnable – a affecté 100% des enfants. Il les a coupés de leur école, de leurs amis, de leurs loisirs sportifs, de leur médecin. La vaccination a chuté. les jeunes ont grossi. Ils sont souvent sortis déprimés de cette expérience anormale." Moins d’écran, plus de marche, d’activité physique, de sorties… Mais où sont passées les bonnes résolutions familiales nées des semaines de confinement ? Parents, la santé de vos enfants, demain, en dépend.


La sélection

Les dernières sélections