Partager

Politique

La synthèse

Fillon sommé de trier ses soutiens

Par Olivier Bonnassies - Publié le 18 avril 2017

François Fillon est sommé de pratiquer un « tri sélectif »* par la «police de la pensée» qui sévit aussi à droite. Il s’y refuse, et Guillaume Tabard lui donne raison dans son « Contrepoint » du Figaro (19 avril).

Dans le collimateur : le mouvement  Sens commun, rallié aux Républicains, et issu de la Manif pour tous qui a porté « le mouvement sociétal le plus puissant de ces dernières décennies».  Si Emmanuel Macron en a fait sa cible en accusant Sens commun de viser «le cœur de la démocratie» ( ?), certains membres des LR et du Centre font chorus en criant au « conservatisme » voire à « l’intégrisme ».

Mais François Fillon rappelle que sa droite  va «de François Baroin à Sens commun», de Nathalie Kosciusko-Morizet à Madeleine de Jessey (fondatrice et vice-présidente de Sens commun). « Il serait périlleux pour François Fillon de scier la branche vive qui lui a permis de tenir » explique ce fin connaisseur de la vie politique qu’est Guillaume Tabard.

Il ajoute qu’ « il serait paradoxal que le refus d'une droite trop étriquée passe par l'excommunication d'une sensibilité qui n'est pas la plus marginale » au sein du camp républicain.

(*C’est un pléonasme, mais passons…)


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.