Partager

Politique

La synthèse

Polémique Fillon-Hollande : un journaliste du Canard n’aurait jamais dû écrire ça !

Par Olivier Bonnassies - Publié le 24 mars 2017

Fruit de l’enquête de trois journalistes, Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé, ces deux derniers du Canard Enchaîné, le livre (à paraître) « Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d'un quinquennat » (Robert Laffont, 246 p, 19,50 euros) a permis à François Fillon d’accuser François Hollande de faire « remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau, ce qui est d'une illégalité totale ». Et de demander « solennellement qu'il y ait une enquête d'ouverte sur les allégations qui sont portées dans ce livre, parce que c'est un scandale d’État » (jeudi soir, 23 mars, dans L'Émission Politique de France 2).

Didier Hassoux, l'un des coauteurs du livre sur lequel le candidat appuie ses accusations, a démenti sur le champ François Fillon : « On n’a pas écrit ça ». Ce faisant, le journaliste du Canard Enchaîné s’est démenti lui-même, rétorque son confrère journaliste Kevin Erkeletyan dans Causeur.

Et de citer : « Derrière ces ennuis à répétition qui ciblent les principaux rivaux du président sortant, difficile de ne pas voir la patte de Hollande ». Et aussi : « Pour orchestrer les affaires judiciaires, il existe une mécanique complexe aussi efficace que redoutable (Tracfin, le service de renseignement de Bercy ). Hollande a su en tirer profit. » Ou encore : « Depuis l’arrivée de Hollande au pouvoir, c’est comme si une malédiction judiciaire s’était abattue sur son prédécesseur. »

Quant au « cabinet noir », « il n’est pas possible d’en apporter la preuve formelle. (…) Mais il existe une « addition d’indices troubles et de témoignages étonnants ».

Force est de constater que Didier Hassoux et ses compères ont quelque peu écrit ça …


La sélection

Les dernières sélections