Partager

International

La synthèse

Haïti entre chaos et "korypsion"

Par Judikael Hirel - Publié le 20 février 2019

Encore une fois, l’île des Caraïbes semble s’enfoncer dans la crise. En Haïti, alors que près de 60% de la population vit sous le seuil de pauvreté (moins de 2,13 euros par jour), le prix du riz s’est envolé et la famine guette. Mais qui s’y intéresse ? Les dizaines de manifestations qui s’y sont déroulées ces dernières semaines ne font pas les gros titres. Pourtant, pour disperser les manifestants et débloquer les routes, la police n’a pas hésité à ouvrir le feu, tuant au moins sept personnes.

Avec une inflation de 15% par an, le peuple dénonce les inégalités criantes et la corruption, tandis que le président haïtien, élu il y a deux ans, fait appel à l’armée pour garder le contrôle de l’île. Ce sont des milliers de manifestants qui réclament depuis le 7 février non seulement la démission de Jovenel Moïse mais aussi l'ouverture d'une enquête indépendante sur la destination de fonds versés en vertu de l'accord PetroCaribe noué en 2008 entre plusieurs pays des Caraïbes et le Venezuela. Au total, ce sont près de 2 milliards de dollars américains qui ont probablement été détournés par les gouvernements haïtiens successifs … Une quinzaine de ministres seraient impliqués, selon un premier rapport de la cour des comptes haïtienne, ainsi que des dizaines d’entreprises, dont deux ayant appartenu à l’actuel président.

Alors que les scènes de chaos, les pillages de magasins et les arrestations se multiplient, rien ne semble pouvoir venir apaiser la crise. A tel point que les Etats-Unis ont déjà demandé à leurs diplomates et à leurs familles de quitter Haïti. Se dirige-t-on vers le chaos, la guerre civile ou un coup d’état ? Dimanche 17 Février, la police haïtienne a en tout cas arrêté à Port-au-Prince un groupe de huit hommes lourdement armés circulant à bord de deux véhicules. Un Haïtien, cinq Américains, un Russe, un Serbe … Ce commando de mercenaires a été retrouvé en possession d’un véritable arsenal, selon le quotidien local, Le Nouvelliste : "Six fusils-mitrailleurs, sept pistolets, des drones, des téléphones satellites, des gilets pare-balles et autres équipements de guerre".

En Haïti, plus de la moitié de la population a moins de 25 ans. Mais, comme au Vénézuela, plus de 165.000 Haïtiens ont déjà quitté l’île et émigré au Chili ces quatre dernières années. Depuis le tragique séisme de 2010 (qui avait fait plus de 200.000 morts !), l’épidémie de choléra, involontairement provoquée par des soldats népalais de l'ONU, a tué 10.000 personnes de plus, 800.000 autres ayant été contaminées. Véritable cleptocratie, Haïti, de la dictature Duvalier à nos jours, ne parvient pas à se débarrasser de la "korypsion" (corruption en créole local) endémique de ses élites. Transparency International la classe au 161e rang mondial en la matière... sur 180.


La sélection


"Menteur", "PetroCaribe", "Malédiction" : six mots-clés pour comprendre la crise actuelle en Haïti
Lire l'article sur France Inter
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.