Partager

Religion

La synthèse

Non, le célibat des consacrés, ce n’est pas « cool » !

Par Philippe Oswald - Publié le 19 octobre 2018

L’Eglise catholique subit une période de crise, de remise en cause et d’examen. Certes, il en a toujours été ainsi depuis plus de deux mille ans et cela ne s’achèvera qu’à la fin des temps. Mais chaque crise n’en est pas moins spécifique, doctrinale ou/et morale, à des degrés divers, selon les époques. Aujourd’hui, c’est la pédophilie qui occupe les medias, souvent tentés de la rattacher au célibat des prêtres bien que le plus grand nombre de pédophiles dans la société soient des hommes ayant une vie de couple. En réalité, l’Eglise n’est pas seulement confrontée à des crimes de pédophilie mais aussi à l’homosexualité et, plus largement encore, aux tentations sexuelles des consacrés, prêtres, religieux, religieuses, qui ont fait vœu de chasteté.  Cette question est l’une de celles débattues actuellement à Rome jusqu’au 28 octobre, par des cardinaux, des évêques, des religieux et religieuses, des experts, et une quarantaine de jeunes, réunis en synode sur le thème : « Les jeunes, la foi et le discernement des vocations ».

 Sans attendre la conclusion de ce « synode des jeunes » ainsi que la « lettre aux jeunes » qui complètera le document final, des voix s’élèvent pour que l’Eglise ose affronter la vérité, quitte à se mettre à nu comme un blessé dans un « hôpital de campagne » pour reprendre l’expression du pape François. Ce peut-être en effet une question de vie ou de mort comme l’a rappelé tragiquement, le mois dernier, le suicide du père Jean-Baptiste qui s’est pendu dans les combles de son église. Ce jeune prêtre du diocèse de Rouen était accusé d'avoir agressé sexuellement une jeune femme majeure, trois ans auparavant, et venait d’avouer cette faute à son évêque.

Dans une tribune publiée par La Croix le 17 octobre,  l’abbé Christian Venard, aumônier militaire, exhorte toute l’Eglise, à commencer par sa hiérarchie, à aborder sans faux semblants la frustration affective et sexuelle qu’implique le célibat consacré. Sortons du déni, écrit-il. Renonçons aux propos « mystico-gélatineux » et aux « à-peu-près psychologiques » avec lesquels on emballe trop souvent la dure réalité que constitue l’appel à la continence parfaite et à la chasteté. Osons dire la vérité : non, le célibat, ce n’est pas « cool », « oui, c’est une croix ! ». Mais ce n’est qu’en regardant en face cette croix pour l’accepter et la porter librement à la suite du Christ, que les consacrés rendront leur sacrifice pleinement fécond, aimant, et en définitive, joyeux ! 


La sélection


« Oui, le célibat consacré est une croix »
Lire l'article sur : La Croix
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.