Partager

International

La synthèse

Russie/Grande-Bretagne : à qui profite le crime ?

Par Philippe Oswald - Publié le 15 mars 2018

La troublante affaire Sergeï Skripal, l’ex-espion russe victime d’un empoisonnement le 4 mars en Angleterre avec sa fille, pose de nombreuses questions… En effet, cet attentat ostentatoire dessert de prime abord la Russie, mise au ban par la Grande-Bretagne et tous ses alliés occidentaux, Etats-Unis en tête. Mais il peut aussi servir Poutine en renforçant sa popularité dans l’opinion russe, à quelques jours des élections présidentielles. Dans L’Obs, Jean-Baptiste Naudet opte pour cette dernière hypothèse. Mais les arguments qu’il énonce sont à double tranchant :

1) La cible : convaincu d’être un agent double, Sergeï Skripal avait été arrêté et condamné pour trahison en Russie puis « échangé » contre des espions occidentaux. Il semblait devenu inoffensif pour le Kremlin. Mais son élimination aurait servi d’exemple et d’avertissement pour d’autres Russes installés en Occident. Un cas qui rappelle celui de Litvinenko, assassiné à Londres en 2006 avec du polonium 210, radioactif d’origine russe, versé dans son thé (son protecteur, Boris Berezovski, adversaire de Poutine réfugié lui aussi en Grande-Bretagne, avait quant à lui été retrouvé pendu dans sa douche en 2013).

2) L’arme : un gaz innervant dont la Russie aurait la recette exclusive, « signe » l’attentat alors qu’il aurait été facile aux services secrets russes de procéder discrètement. Choix délibéré pour intimider ? On peut aussi juger cette « signature » trop évidente pour être une charge crédible contre Poutine. Est-il vraiment impossible que des membres d’une mafia russe ou d’un service secret étranger disposent d’échantillons de ce poison « maison » ? Et pourquoi Theresa May a-t-elle aussitôt rejeté la proposition du Kremlin de lui adresser un échantillon de ce produit à des fins d’analyse, voire d’antidote ?

3) Le moment : à quelques jours de l’élection présidentielle en Russie, il s’agirait non d'assurer la réélection de Poutine - elle est garantie - mais de lui assurer un triomphe dès le premier tour, dimanche prochain, 18 mars. Le maître du Kremlin n'a pas peur d'éliminer les traîtres en défiant l'Occident ! Mais une crise diplomatique de cette ampleur, n’est-ce pas cher payer un regain de popularité, alors que celle-ci a déjà de quoi faire pâlir d’envie les dirigeants occidentaux ?


La sélection


Pourquoi Moscou avait tout intérêt à empoisonner son ex-espion ... et à ce que ça se sache
Lire sur : L'Obs
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.