Partager

International

La synthèse

Les Libanais descendent en droite ligne des Cananéens

Par Philippe Oswald - Publié le 01 août 2017

L’un des épisodes les plus pittoresques des Evangiles est celui du dialogue « musclé » de Jésus avec la Cananéenne rapporté par Matthieu (15, 21-28) et Marc (7, 24-30). Cette femme, cette étrangère, originaire de la région de Tyr et de Sidon, est une mère éplorée qui veut à tout prix obtenir la guérison de sa fille -au point que les disciples excédés disent à Jésus : « Renvoie-la, car elle nous poursuit de ses cris ! » Mais finalement, après l’avoir mise à l’épreuve par son silence puis par une réponse lapidaire (« Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. »), Jésus « craque », vaincu par sa réponse du tac au tac : « Oui, Seigneur ; mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. » Sa réponse laisse percer l’admiration pour sa foi intrépide et tenace : « Femme, grande est ta foi, que tout se passe pour toi comme tu le veux ! »  « Et, à l’heure même, ajoute Matthieu, sa fille fut guérie. »

Qui était donc ce peuple cananéen ? Sur la terre de Canaan -la côte du Liban, entre le mont Carmel, aujourd’hui en Israël, jusqu'à Ougarit au nord, aujourd'hui en Syrie- de nombreuses populations se sont succédé et probablement mêlées depuis la préhistoire (la Bible mentionne sept ethnies qui peuplent le Pays de Canaan : les Hittites, les Girgashites, les Amorrites, les Perizzites, les Hivites, les Jébuséens et ceux que l’histoire a retenu comme dominants, les Cananéens). Or ces énigmatiques Cananéens, des Phéniciens sémites avec lesquels les Hébreux auront maille à partir depuis Abraham jusqu’à David, sont les ancêtres directs de la population libanaise actuelle, vient de révéler un article de l'American Journal of Human Genetics que résume le quotidien libanais L’Orient Le Jour.

Les généticiens de l'Institut britannique Wellcome Trust Sanger, auteurs de cet article, ont réalisé le séquençage de l'ADN récupéré sur des ossements de cinq personnes qui vivaient il y a 4.000 ans et mis au jour à Saïda (l’antique Sidon) pour le comparer à celui de 99 Libanais modernes. Ils ont ainsi déterminé que  « les lignées d'ancêtres de tous les Libanais sont à environ 90 % cananéennes.» Ils ont aussi levé le voile sur l’origine des Cananéens : « Le séquençage de l'ADN des cinq Cananéens a également révélé que ces derniers étaient eux-mêmes un mélange génétique des peuplades d'agriculteurs durant la période néolithique et des migrants venus d'Orient dans la région il y a environ 5.000 ans. »

La collaboration entre génétique et archéologie s’avère fructueuse, se félicite Claude Doumet-Serhal, la directrice du site d'excavation de Saïda, et co-auteur de cette étude : « Pour la première fois nous avons des indices génétiques montrant une continuité démographique dans la région depuis les populations cananéennes de l'âge du Bronze et celles d'aujourd'hui" »


La sélection


Les Libanais descendent des Cananéens, montre une analyse génétique
Lire l'article sur : L'Orient Le Jour
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.