Partager
International

Terrorisme islamique : tirer les leçons de l’affaire Merah

Alors que va s’ouvrir à Paris, lundi 2 octobre, le procès du frère et d’un complice de Mohamed Merah, La Croix propose une synthèse des enseignements de cette sanglante affaire.

Mohamed Merah a été tué par la police antiterroriste le 22 mars 2012. Ses crimes commis à Toulouse et Montauban (7 morts, dont 3 enfants) ont inauguré un nouveau mode d’action terroriste « moins facilement détectable et effaçant les frontières entre délinquance et islamisme radical ».

Les services de renseignement connaissaient Merah. Pourtant, à l’époque, « on n’a pas vraiment perçu la gravité du phénomène et son caractère mondialisé » selon Jean-Pierre Filiu, professeur en histoire du Moyen-Orient à Sciences-Po.

Pour l’opinion publique, ce fut un premier réveil brutal avant les coups de massue des attentats de 2015 à Paris (Charlie Hebdo -12 morts- par les deux frères Kouachi le 7 janvier ; l'Hyper Casher -4 morts- par un complice des frères Kouachi, Amedy Coulibaly, le 9 janvier ; massacres du Bataclan et aux alentours -129 morts, 300 blessés- commis par un commando suicide le 13 novembre 2015).

Mais les traits communs entre Merah et les auteurs des attentats de 2015 (délinquants radicalisés en prison, séjours à l’étranger) mettront du temps à être établis. Il faudra réviser la théorie du « loup solitaire » pour explorer la notion de réseau. Puis l’émergence du «califat » en Irak en 2014 montrera l’ampleur de la menace.

Les attentats islamiques commis dans toute l’Europe (Berlin, Londres, Barcelone…) obligeront à sortir des débats franco-français sur la laïcité, l’intégration, la banlieue... Deux rapports parlementaires  ont contribué à une meilleure connaissance des différents types de menaces djihadistes, intérieures et extérieures.

Reste des défauts de coopération et des rivalités entre services selon Jean-Pierre Filiu. Il pointe surtout l’absence d’une réflexion d’ampleur « condition pourtant nécessaire pour établir une stratégie opérationnelle », avis que partage un autre expert, Yves Trotignon : « Même les progrès technologiques et leur incidence sur le travail des services ou les techniques des terroristes n’ont pas été pensés. » A leur avis, une « vaste réforme » s’impose pour adapter les services de lutte contre le terrorisme à l’évolution permanente de cette guerre : « On ne peut pas à la fois dire ”c’est la guerre” et, en même temps, refuser de s’adapter. »

Remarque : cet article n’évoque pas la toute nouvelle Coordination nationale du renseignement (CNR) directement rattachée à l’Elysée sous la direction du préfet Pierre de Bousquet de Florian, ex-patron de la DST, chargée d’informer directement le chef de l’Etat (conformément au programme électoral d’Emmanuel Macron) (cf. Le Figaro du 30 septembre). On verra à l’usage l’efficacité de cette « task force » supposée coiffer les services sans se substituer à eux. 


Terrorisme, les enseignements de l’affaire Merah
La Croix 28-09-2017

Lire l'article sur : La Croix
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information