Partager
Politique

Liberté de conscience et d’expression en France : le cri d’alarme des évangéliques

Le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) - principal interlocuteur national du protestantisme évangélique en France devant les institutions et les médias - a remis au Conseil des droits de l’homme de l’ONU un rapport  intitulé : « Liberté de conscience et liberté d’expression en France ». Famille Chrétienne relève que ce rapport périodique qui examine tous les pays à tour de rôle pour évaluer leur respect de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, pointe en particulier en France les conséquences du « mariage pour tous », les restrictions à la clause de conscience des personnels soignants face à l’avortement ou à l’euthanasie,  ainsi que les programmes de l’Éducation nationale.

S’agissant de la loi Taubira légalisant le mariage des couples de même sexe, le rapport déplore qu’une circulaire du ministère de l’Intérieur (13/11/2013) impose aux maires de célébrer ces unions, sans qu’ils puissent invoquer la clause de conscience (celle-ci est également réclamée par le Collectif des maires pour l’enfance qui a saisi la Cour européenne des droits de l’homme en 2016). Le CNEF préconise donc d’« amender » la loi Taubira, pour permettre aux élus « de ne pas célébrer de mariages de couples de personnes de même sexe lorsque leurs convictions s’y opposent ».

A propos des personnels soignants confrontés notamment à l’avortement et à l’euthanasie, le CNEF qui déplore que « plus aucun ministre du culte ou théologien » ne siège au sein du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), préconise d’ajouter  dans le Code de la santé publique une clause de conscience s’appliquant à tous, infirmiers, sages-femmes, médecins, aides-soignants, pharmaciens, thérapeutes…

Concernant les programmes de l’Éducation nationale, le CNEF demande au gouvernement français de « veiller à ce que [ils] respectent la liberté de pensée, de conscience et de religion des élèves et de leurs parents, notamment s’agissant de l’éducation à la sexualité et du fait religieux ».

S’agissant des réfugiés et des demandeurs d’asile, le CNEF exige que la liberté religieuse, y compris celle de changer de religion, leur soit garantie en les protégeant des pressions exercées sur ceux qui abandonnent l’islam pour le christianisme (un Iranien a été assassiné pour ce motif dans le camp de Grande-Synthe, en décembre 2015).

Enfin, quant au respect de la liberté d’expression  en général, le CNEF pointe « l’insécurité juridique » qui dissuade les chrétiens de s’exprimer sur des sujets sensibles tels que l’homosexualité ou l’avortement, et plaide à ce propos pour la révision de la loi d’« entrave numérique » à l’avortement.

 

 


Liberté de conscience : le rapport musclé des évangéliques à l’ONU
Famille Chrétienne 02-09-2017

Lire sur : Famille Chrétienne
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information