Partager
Politique

La macronie coule, mais Macron peut s’accrocher à la Constitution

« Ce n'est pas une crise politique », a affirmé sans sourciller Benjamin Griveaux, après la démission du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. Le porte-parole du gouvernement devient ainsi un sérieux candidat au prix de l’humour politique ! Gérard Collomb est le septième ministre et le troisième ministre d’Etat, après François Bayrou et Nicolas Hulot, à quitter le gouvernement depuis l'élection d'Emmanuel Macron en mai 2017. Sept départs contraints ou volontaires en quinze mois, qui dit mieux ? Cette fois, il s’agit du ministre de l’Intérieur, premier « poids lourd » rallié à la candidature d’Emmanuel Macron, et resté intime du chef de l’Etat jusqu’à l’affaire Benalla.

Une telle crise est inédite sous la Ve République qui a 60 ans, ce 4 octobre. Les « affaires » et les mises en scène erratiques du président « ni de droite, ni de gauche », mais « en même temps » monarque bonapartiste, DG de la start-up France, copain des « minorités », ont fait tomber Jupiter de son piédestal : en cette rentrée, l’impopularité du président est en passe de battre celle de son prédécesseur, une performance qui semblait inaccessible !

Gérard Collomb a laissé un message brûlant au gouvernement et à la France entière dans l’ambiance glaciale de sa passation de pouvoirs à Edouard Philippe (le premier ministre exerçant la fonction par intérim jusqu’à la nomination prochaine du nouveau ministre de l’Intérieur sans doute à l’occasion d’un vaste remaniement ministériel) : le pouvoir est en échec, il ne parvient pas à contrôler de larges parties du territoire national face à la délinquance, à la drogue, à l’islamisme… Le ministre de l’Intérieur démissionnaire a quasiment annoncé que le pays se trouve au bord de la guerre civile : «Aujourd’hui, on vit côte à côte, demain on vivra face à face »… Avec le contrôle de l’immigration, la diminution du chômage et le redressement du pouvoir d’achat, la reconquête de ces zones de non-droit en constante expansion est une condition sine qua non de la survie du gouvernement.

Emmanuel Macron, pourra-t-il redevenir « le maître des horloges » à la faveur d’un remaniement gouvernemental réussi ? Le chef de l’Etat a deux alliés de poids : conjoncturellement, une opposition totalement divisée, et fondamentalement, la Constitution. Macron peut remercier De Gaulle d’avoir instauré la Ve République : en consacrant le rôle prépondérant du président de la République au cœur de la vie politique française, la Constitution assure à Emmanuel Macron son maintien à la tête de l’Etat jusqu'au terme de son mandat, explique Guillaume Tabard dans ce Contrepoint du Figaro.

 

 


Guillaume Tabard: «La stabilité de la Ve République protège Emmanuel Macron»
Le Figaro 03-10-2018

Lire l'article sur : Le Figaro
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information