Partager
Politique

Le financement des syndicats, un secret d’Etat !

Un nouveau scandale touchant l’argent des syndicats ébranle aujourd’hui Force Ouvrière. Selon des documents confidentiels publiés par Le Parisien (12 novembre), malgré plus de 630.000 euros de pertes en 2017 du 3ème  syndicat français, ses hauts cadres, aux salaires pourtant très confortables, auraient dépensé sur le même exercice budgétaire plus de 380.000 euros en notes de frais. Cette affaire intervient à quelques jours de la désignation d’un nouveau secrétaire général de FO en remplacement de Pascal Pavageau, démissionnaire six mois après sa nomination, à la suite de la révélation par le Canard Enchaîné d’un fichage des cadres du syndicat qui ne lui étaient pas favorables. Le patron de la CGT, Thierry Lepaon, avait lui aussi été contraint de démissionner peu après sa nomination, début 2015, après des révélations du Canard Enchaîné concernant les dépenses engagées pour son appartement de fonction (Thierry Lepaon avait été promptement recasé par François Hollande à la présidence de l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme, puis nommé, par-dessus le marché, à la tête d'une délégation interministérielle à la langue française pour la cohésion sociale).

Une fois de plus, la France se distingue. Dans tous les pays comparables au nôtre, 90 % des ressources des syndicats proviennent des cotisations de leurs membres et du placement de leurs réserves. Mais chez nous, les cotisations ne couvrent que 3 à 4 % des budgets de syndicats vidés de leurs bases d’adhérents. Pourtant ils continuent d’exercer sur les politiques économiques et sociales un poids sans rapport avec leur représentativité. La raison en est simple : les syndicats bénéficient de financements publics. Non seulement ils se nourrissent de l’argent public, mais ils profitent du paritarisme pour coloniser les caisses de retraite et de formation professionnelle (66 millions d'euros provenant de la formation atterrissent chaque année dans les caisses des syndicats et du patronat). Supposée clarifier partiellement l’origine des recettes des syndicats par un système de « financement mutualisé » (une contribution payée par les entreprises et des subventions de l’Etat) sous la houlette de l’Association de gestion du fonds paritaire national (AGFPN), la loi Sapin de mars 2014 n’a nullement rendu transparente l’utilisation de cette manne.

C’est donc l’Etat qui, pour acheter la paix sociale, maintient à flot avec nos impôts ces syndicats largement politisés. Mais attention, leur financement reste un secret d’Etat ! Fait sans précédent sous la Vème République, les parlementaires ont décidé non seulement d’enterrer mais d’interdire pendant 25 ans sous peine de 15000 euros d'amende et d'un an d'emprisonnement, la publication du rapport de la commission d’enquête conduite en novembre 2011 par le président du Conseil départemental du Loir-et-Cher et ex-député centriste Nicolas Perruchot, qui dénonçait ce financement occulte (ce rapport explosif fut néanmoins publié par Le Point du 16/02/2012 ).

Dans l’émission Radio Brunet de RMC, le 12 novembre, Eric Brunet est revenu sur ce scandale.

 

 


"On n'est pas anti-syndicat, on est contre le financement occulte..."
RMC 12-11-2018

Ecouter l'émission sur : RMC
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information