Partager
Ecologie

Aral, la mer morte qui ressuscite

Elle était considérée comme morte ; la mer d’Aral ressuscite !  C’est un dommage collatéral de l’URSS :  la mer d'Aral, située en Asie centrale, à cheval entre le Kazakhstan et l'Ouzbékistan a été victime d'une catastrophe écologique majeure. Pour produire du coton et du blé en masse dans des steppes désertiques, l’Etat soviétique avait en effet décidé, à partir de 1960, de détourner les fleuves qui l’alimentaient. En un demi siècle, la mer d’Aral a ainsi perdu 90 % de son volume. Entre surpêche et excès de salinité de l’eau, la vingtaine d’espèces de poissons endémiques ont disparu, et avec elles les villes portuaires, et leur population.


Aujourd’hui, ce qu’il reste de cette mer est divisé en deux. Au sud, c’est un désert de sel, fouetté par les vents. Au nord, la vie est en train de renaître peu à peu. Et ce grâce à un barrage construit en 2005. Financé en grande partie par la Banque Mondiale, ce projet de 70 millions d’euros a permis de déjà faire remonter de six mètres le niveau de l’eau. Alors que les scientifiques pensaient que l’eau mettrait trois ans à remonter de trois mètres, ce fut le cas en à peine sept mois ! La zone nord de la mer d’Aral a retrouvé 18% de sa surface initiale. Conséquence directe : les poissons sont eux aussi de retour, et avec eux les pêcheurs. Selon l'Unité d'inspection des poissons d'Aralsk, les prises de poissons dans la mer d'Aral Nord ont été multipliées par six depuis 2006. Dorade, gardon, sandre… 8200 tonnes de poissons sont désormais récoltées par an (une limite fixée pour préserver cet équilibre fragile). Cette nouvelle pêche miraculeuse est traitée dans huit nouvelles usines, une partie de ce poisson étant exportée vers la Russie et l’Europe de l’Ouest. Ce résultat est la preuve que l’on peut encore lutter contre ce que l’on pourrait croire inéluctable, que la volonté politique et la recherche scientifique peuvent aussi avoir des effets bénéfiques sur l’environnement.


Un Fond International pour la sauvegarde de la mer d’Aral a été créé en 1993. Il s’est récemment réuni pour veiller à la sauvegarde de ce que peut encore l’être, et faire revivre plus encore cette mer morte ressuscitée. Son nouvel objectif : mieux maîtriser  l'utilisation de l'eau, via des technologies éco-respectueuses, afin de réduire les volumes utilisés par l'irrigation. Mais aussi planter des espèces de plantes qui résistent au sel. A terme, l’ambition est de créer une véritable "ceinture verte" au fond de la mer d'Aral, et autour des zones habitées.


La mer d'Aral que l'on croyait morte est revenue à la vie
National Geographic 15-11-2018

Lire l'article sur National Geographic
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information