Partager
International

La Russie de Poutine sans caricatures

Alors que la Russie est pointée du doigt pour son implication supposée dans l’empoisonnement d’un ex-espion russe en Angleterre (LSDJ 299), Vladimir Poutine est sur le point d’entamer un quatrième mandat présidentiel. Dans un grand entretien au Figaro, Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française, invite à revisiter l’histoire de la Russie  pour une juste appréciation du pouvoir et de l’action du maître du Kremlin.

 La démocratie n'a été instaurée durablement en Russie qu'en 1991. Vingt-cinq ans de vie démocratique, c’est peu dans une histoire millénaire. Hélène Carrère d'Encausse  rappelle que la Russie s’est dotée d’une Constitution rédigée avec l'aide de grands constitutionnalistes français, et que Vladimir Poutine n’a pas voulu la modifier en 2008 quand elle l’empêchait de briguer un nouveau mandat présidentiel (d’où l’intérim exercé par Medvedev).

Cette démocratie s’accommode d’un pouvoir autoritaire qu’il faut évaluer à l’aune de la situation géographique et ethnique de la Russie : un territoire immense (17 millions de kilomètres carrés), une population multiethnique et multiculturelle. Sans oublier l’histoire : le désastre soviétique, la décomposition de l’URSS, l’effondrement de l’Etat, nécessitaient le rétablissement d’un pouvoir fort « se réclamant des valeurs traditionnelles de la Russie » et de son passé impérial. Le modèle de Poutine n’est pas Lénine, mais Pierre le Grand.

Les rapports avec l’Occident faits d’abord d’ouvertures à l’égard de l’Union européenne et des Etats-Unis, se sont refermés après les révolutions de 2003-2004 en Géorgie et en Ukraine. « Poutine y a vu une intervention des États-Unis à la périphérie de la Russie et la volonté d'en éloigner des pays de l'ex-URSS ».

Bilan politique : Poutine a sauvé l'espace russe de la désagrégation et restauré l’autorité de l’Etat. Il a mis en valeur la famille et mis en place une politique nataliste pour lutter contre la dénatalité. A l’extérieur, le succès de l’intervention militaire russe en Syrie lui a rendu son rang sur la scène internationale. Face à l’islamisme, Hélène Carrère d'Encausse relève « une réussite remarquable » alors que les musulmans constituent environ 15 % des citoyens de Russie. Mais Poutine n’a pas réussi à diversifier et à moderniser l'économie russe, trop dépendante de la rente pétrolière, ni à juguler la corruption.

Conclusion : il faut renouer les liens avec la Russie selon Hélène Carrère d’Encausse. Parce qu’elle est le pont entre l’Asie et l’Europe, « ignorer la Russie, lui tourner le dos signifie pour l'Europe se couper de l'Asie, c'est-à-dire rester à l'écart du grand basculement géopolitique du XXIe siècle ».


«Il ne faut pas juger le pouvoir autoritaire de Poutine à l'aune de nos seuls critères»
Le Figaro 16-03-2018

Lire sur : Le Figaro
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information