Partager
Politique

Lorsque l’enfant disparaît …

« Lorsque l'enfant paraît, le cercle de famille
Applaudit à grands cris. Son doux regard qui brille Fait briller tous les yeux,
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,
Se dérident soudain à voir l'enfant paraître, Innocent et joyeux. »

Ce poème de Victor Hugo (« Les feuilles d’automne » 1831) se termine ainsi :

« Seigneur ! Préservez-moi, préservez ceux que j'aime,
Frères, parents, amis, et mes ennemis même
Dans le mal triomphants,
De jamais voir, Seigneur ! l'été sans fleurs vermeilles,
La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles,
La maison sans enfants ! »

C’est pourtant ce qui menace toute l’Europe à cause de « l’hiver démographique » dans lequel elle s’enfonce. Cela préoccupe-t-il beaucoup les dirigeants européens ? Le fait est que, homme ou femme, ils sont de plus en plus nombreux à ne pas avoir d’enfants : le président de la République française Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel, le premier ministre du Royaume-Uni Theresa May,  le premier ministre d’Ecosse Nicola Sturgeon, le président du Conseil italien Paolo Gentiloni, le Premier ministre des Pays-Bas Mark Rutte, le Premier ministre du Luxembourg Xavier Bettel, le Premier ministre de Suède Stefan Löfven et le président de la Commission européenne,  Jean-Claude Juncker. Du jamais vu !

« Quelle importance, direz-vous ? » objecte Gabrielle Cluzel dans Boulevard Voltaire. « Il n’est pas besoin d’être parent pour être compétent. Individuellement, cette infécondité ne veut rien dire » - d’autant qu’elle peut avoir différentes causes. « Mais, ajoute-t-elle, collectivement, elle est autrement chargée de sens. »

Symboliquement : le signal envoyé est que «la vie de famille, la procréation, l’envie de transmettre ne sont pas les priorités » (L’absence d’un ministère de la famille dans le nouveau gouvernement en est un nouveau signe).
Psychologiquement : quelle confiance accorder à des dirigeants dont les décisions n’impacteront pas leur progéniture ?
Politiquement : « Un enfant vous préserve d’être complètement hors-sol ». Gouverner en « bon père – ou mère- de famille »  oblige au réalisme et détourne de la tentation idéologique.

Quels que soient leurs talents, conclut Gabrielle Cluzel, « nos dirigeants, qui n’ont jamais fait cette expérience intime-là, semblent n’être que des consultants en management. Et cela, forcément, fait froid dans le dos. »


Des dirigeants européens sans enfants pour préparer notre avenir ?
Boulevard Voltaire 22-05-2017

Lire l'article sur : Boulevard Voltaire
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information