Partager
International

Donald Trump et Kim Jong-un : accord au sommet !

Le principal conseiller économique de Trump, Larry Kudlow, l’a sans doute payé d’une crise cardiaque -heureusement « très légère »- peu avant le début du sommet, mais c’est fait !  Au bout d’un peu plus de deux heures de rencontre, Donald Trump et Kim Jong-un ont scellé leur accord pour une « dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ». « Nous allons débuter le processus très, très rapidement » a assuré le président américain, qui a annoncé que «  beaucoup d’autres étapes » allaient suivre.

On verra. Pyongyang n’avait pas respecté les deux précédents accords sur son arsenal nucléaire,  conclus en 1994 puis en 2005, sous le régime de Kim Jong-il, père de Kim Jong-un.  Mais ce dernier  s'est félicité que Nord-Coréens et Américains aient réussi à « surmonter le scepticisme et les nombreux obstacles ». Si Kim Jong-un a vraiment décidé de normaliser les relations de son pays avec le reste du monde, le processus de dénucléarisation  pourrait prendre, au dire des experts, entre dix et quinze ans. Dans cette partie de poker, Trump a choisi de jouer la carte de la confiance mutuelle : «Je lui fais confiance et il a confiance en moi. (...) Nous ne jouerons plus à des jeux de guerre », a-t-il déclaré à ABC, soulignant que par le passé, ces jeux avaient été «très provocateurs mais aussi très onéreux ».

Quoi qu’il advienne, ce 12 juin 2018 restera une date historique. Donald Trump ne s’est pas privé de le souligner en annonçant solennellement « aux peuples du monde » qu’une « solution pour le monde entier » avait été trouvée. « C’était vraiment une rencontre fantastique » qui s’est déroulée « mieux que quiconque aurait pu imaginer », a-t-il commenté pour  la presse à l’issue du déjeuner de travail avec le « Guide » nord-coréen qu’il a qualifié d’homme « très courageux » et de « négociateur avisé », lequel a lui aussi qualifié leur discussion de « très, très bonne ». Tous deux ont multiplié poignées de main et politesses devant les caméras. Depuis la guerre de Corée (1950-1953), aucun président américain en exercice ne s'était entretenu avec un dirigeant nord-coréen. Cet accord « restera dans l’Histoire mondiale comme un événement ayant mis fin à la Guerre froide », s’est enthousiasmé le président sud-coréen Moon Jae-in.

Sans doute déjà satisfaite de l’échec du G7, la Chine, principale alliée de la Corée du Nord, applaudit ce succès diplomatique : « Aujourd’hui, le fait que les plus hauts dirigeants des deux pays soient assis côte à côte pour des pourparlers d’égal à égal a un sens important et constitue le début d’une nouvelle histoire », s’est réjoui devant la presse le ministre chinois des Affaires étrangères. Nettement moins enthousiaste, la ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a qualifié la rencontre d’ « événement significatif », ajoutant qu’« on ne sait encore rien du document qui a été signé, on l'analysera quand il sera rendu public ».

Quelques heures plus tard, Libération publiait le texte de l’accord commun : 


Sommet Trump-Kim : voici le texte de l’accord commun
Libération 12-06-2018

Lire sur : Libération
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information