Partager
International

La Chine bâillonne l’Europe avec la Grèce

L’information est passée inaperçue en France à cause d’une actualité politique chargée cette semaine. Il s’est pourtant produit lundi 19 juin, à Genève, « un petit séisme diplomatique », rapporte Le Monde (21 juin). C’était au Palais des nations où se tient, jusqu’au 23 juin, la 35e session du Conseil des droits de l’homme, organe officiel des Nations unies, qui se réunit tous les trois ans sur les rives du Lac Léman.

Les 28 membres de l’Union européenne devaient faire une déclaration commune condamnant « les abus » -euphémisme pour des procédés impitoyables- du régime chinois. Mais la Grèce a mis son veto, rompant avec une décennie d’unanimité entre les membres de l’UE au Conseil des droits de l’homme : « Ce manque de consensus est très alarmant, estime John Fisher, directeur de l’antenne genevoise de l’ONG Human Rights Watch. La Grèce prend l’Union européenne en otage. C’est mauvais signe. »

Le motif ou le mobile n’est pas difficile à trouver : la semaine précédente, une délégation d’officiels chinois était en visite à Athènes. « Les capitaux chinois jouent un rôle croissant en Grèce, explique Le Monde. En janvier 2016, le groupe pékinois Cosco est devenu actionnaire majoritaire du port du Pirée. Quelques mois plus tard, c’est le géant chinois de l’électricité State Grid qui prenait des parts dans le réseau électrique grec. Et en mai, la firme Shenhua signait un accord avec le spécialiste hellénique des infrastructures Copelouzos afin de développer les énergies vertes. » Or l’attaché à la mission permanente de Chine auprès des Nations unies avait averti que les critiques à l’encontre de son pays « violent les principes d’un dialogue constructif et de la coopération ».

Qui paie commande ! En permettant à la Grèce de devenir membre de l’Union européenne alors qu’elle n’en avait évidemment pas les capacités puis à la soumettant à un régime économique draconien, l’UE l’a jetée dans les bras de l’Empire du Milieu qui l’utilise comme cheval de Troie.


Droits de l’homme : quand Athènes ne s’oppose pas à Pékin
Le Monde - 22/06/17

Lire l'article sur : Le Monde
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information