Partager
Education

APB, un fiasco français

Comme s’il n’était pas possible de prévoir que les enfants du baby boom du millénaire allaient, cette année, atteindre l’université… Dans son article « Fiasco d’APB : à qui profite le crime ? », Sophie de Tarlé, spécialiste du monde étudiant, souligne que, si les quelque 87 000 jeunes aujourd’hui en attente sont bien une réalité, cet emballement médiatique peut être une bonne nouvelle pour la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal. En effet, si ce système ne profite qu’aux riches étudiants capables d’aller à l’étranger et dans les écoles privées, les syndicats étudiants risquent de manquer d’arguments quand ils voudront s’opposer à la mise en place de la sélection à l’université. Mais ce n’est pas gagné pour autant…

Il est en tout cas plus facile aujourd’hui pour un bachelier lyonnais d’aller étudier à Cambridge ou Oxford qu’à la Sorbonne… s’il peut payer. Le fiasco d’Admission post-bac profite d’abord aux universités étrangères, mais aussi à l’enseignement privé, qui prend chaque année plus d’ampleur en France. Chaque année, plus de 5 000 Français postulent sur UCAS, l’APB anglais. Des coachs se sont spécialisés dans les dossiers d’admission à l’étranger, comme au Canada ou en Grande-Bretagne. D’autres pays accueillent les Français déçus, la Suisse et la Belgique en particulier. À l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EFL), les Français représentent déjà plus du tiers des candidatures. Pour y entrer, une mention très bien suffit.

Autre bénéficiaire du tirage au sort : le privé. Ainsi, entre 2003 et 2016, le nombre d’étudiants au sein des universités catholiques a doublé, passant de 14 000 à 29 000. Depuis 2000, les inscriptions dans l’enseignement supérieur privé ont augmenté de 62 %, alors que les effectifs totaux progressaient de 18 % sur la même période. Le privé représente désormais une inscription sur six. Ces écoles sont tellement rentables que les meilleures d’entre elles ont été rachetées par des fonds d’investissement britanniques ou américains…


Fiasco d’APB : à qui profite le crime ?
Le Figaro 24-07-2017

Lire l'article sur : Le Figaro
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information