Partager
Société

La solitude n’est pas une fatalité

La première « Journée des solitudes » est organisée en France ce 23 janvier par l'association Astrée avec le soutien du ministère des Solidarités et de la Santé. La solitude affecte six millions de Français dont 300.000 de plus de 60 ans qui n’ont personne à qui parler, ni amis, ni famille, ni voisins, selon les Petits frères des pauvres. Il s’agit d’un problème de santé publique qui peut être combattu, explique le psychosociologue Jean-Baptiste Stuchlik dans un entretien à Atlantico.

Il distingue isolement et sentiment de solitude. Certaines personnes vivent seules mais n’en souffrent pas tandis que d’autres ont beau être entourées, elles se sentent très seules : ex : des mères de famille se sentant mal aimées ou incomprises par leur conjoint et leurs enfants, des personnes souffrant de burn out, des adolescents enfermés dans leur bulle. Les personnes au chômage, retraitées, âgées sont particulièrement exposées.

Le sentiment de solitude n’est pas une maladie mais il y conduit : selon John Cacioppo, professeur de psychologie de l'université de Chicago, les personnes qui en souffrent ont presque deux fois plus de risques de décéder prématurément. En cause : sédentarité accrue, mauvaise alimentation, négligences sanitaires, accidents domestiques sans témoin … L’absence de dialogue expose aussi à développer la maladie d’Alzheimer. Le sentiment de solitude est un « cercle vicieux : plus je suis seul, plus je me sens nul, et plus je me sens nul, moins j’ai envie de voir les autres. Comme disait Valery, un homme seul est toujours en mauvaise compagnie ! »

L’éducation a sa part dans la façon de gérer la solitude : « C’est durant l’enfance qu’on acquiert une estime de soi et des compétences relationnelles pour s’entourer d’amis. »

Mais « il n’est jamais trop tard ! » Pour briser la solitude, il existe de nombreuses initiatives depuis quelques années, par exemples les « voisineurs », ces réseaux de bénévoles qui créent des liens avec et autour des personnes âgées, en se coordonnant via Internet (www.voisin-age.fr). On trouve aussi sur le site Pleine vie des exemples pris à l’étranger pour rompre l’isolement.

Une panoplie à compléter par la spiritualité : rien de tel que la religion pour « relier » les uns aux autres et à l’invisible ! L’acteur Alain Delon, 82 ans, en témoigne dans cette interview exclusive à Match : bien qu’affecté lui aussi par la solitude, il confie le bienfait que lui procure son dialogue quotidien avec la Vierge Marie : « Elle m’apporte un soulagement, une compagnie que je n’ai pas, elle est toujours là. Elle m’écoute et me réconforte. » 


1ere journée des solitudes : être seul n’est pas simplement un enjeu individuel, c’est un défi pressant de santé publique
Atlantico 23-01-2018

Lire l'article sur : Atlantico
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information