Partager
Solidarité

Ils ont risqué leur vie pour sauver une alpiniste française

On dit que qui sauve un homme sauve l'humanité toute entière... Pendant que la presse française se concentrait sur des émeutes liées à du Nutella en solde, un drame se jouait au Pakistan, du côté du Nanga Parbat : quatre alpinistes polonais risquaient leurs vies pour sauver une parfaite inconnue, mais une alpiniste, comme eux. Elisabeth Revol venait de conquérir le sommet du neuvième plus haut sommet du monde, à 8.126 mètres d’altitude, ainsi que son compagnon de cordée, Tomek Mackiewicz. Mais en redescendant les pentes de celle que l’on surnomme la "montagne tueuse", conquise seulement par 186 alpinistes, mais en ayant tué 62, la cordée s’est retrouvée bloquée. L’alpiniste française avait mis son compagnon, incapable de poursuivre la descente, autant à l’abri que possible dans une tente, avant de continuer sa descente.

Revol et Mackiewicz ont alors demandé du secours via téléphone satellite. C'est alors qu'une cordée de quatre alpinistes chevronnés a décidé d’interrompre son escalade et de risquer sa vie pour aller les secourir par -45°C, sur un véritable mur de glace, alors que les vents soufflent à 80 km/h à une telle altitude. "C’est un sauvetage dangereux pour l’équipe mais on n’a pas le choix", avait expliqué Krzysztof Wielicki, à la tête de l’expédition polonaise. Deux campagnes de financement participatif ont très vite été lancées afin d'aider au financement du sauvetage, l’hélicoptère des autorités pakistanaises refusant de décoller sans garantie financière. Mais un temps précieux aura ainsi été perdu : il aura fallu attendre plus d’une journée avant qu’une fenêtre météo permette ensuite aux hélicoptères de décoller. Pendant ce temps, Elisabeth Revol, souffrant de graves engelures, passait la nuit à plus de 6.700 mètres d’altitude, sans tente, donnant des nouvelles jusqu’à ce que la batterie de sa radio soit épuisée.

C’est au bout d’une escalade de neuf heures sans arrêt ou presque, à un rythme incroyable, de nuit, que les grimpeurs parviendront à l'atteindre. Le 28 janvier au matin, les sauveteurs redescendront avec Elisabeth Revol jusqu’au point de rendez-vous avec un hélicoptère, qui l’évacuera vers Islamabad afin de soigner ses blessures. Mais Tomek Mackiewicz aura hélas eu moins de chance qu’elle, l’équipe de secours décidant de ne pas envoyer les sauveteurs à une mort quasi certaine en partant à sa recherche. Un financement participatif à sa mémoire et au bénéfice de ses enfants a été lancé. Il a déjà récolté plus de 126.000 euros.


1 of 2 Climbers Rescued From ‘Killer Mountain’ Nanga Parbat
Time 28-01-2018

Lire sur : Time
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information