Partager
Numérique

Mark Zuckerberg peu convaincant face au sénat américain

Le fondateur de Facebook a été entendu mardi 10 avril par les membres de deux commissions sénatoriales américaines. Que retenir de ces cinq heures d'échanges avec les parlementaires ? Avant tout que, étonnamment, Mark Zuckerberg ne s’est pas exprimé sous serment : ainsi, pas de risque de parjure en cas de faux témoignage. Mais c’est là une audition des plus extraordinaires.

Au-delà d’avoir été mis mal à l’aise par une question sur sa vie privée, refusant notamment de dire dans quel hôtel il avait dormi, "Zuck" avait clairement été préparé afin d’esquiver certaines questions difficiles, promettant une réponse ultérieure de ses équipes. Notamment quant à deux questions clés : qui possède vraiment les données personnelles générées à travers Facebook ? Et pour quelles raisons le site n’a-t-il pas alerté immédiatement les usagers dont les informations avaient été siphonnées par Cambridge Analytica, alors que la société avait connaissance d’un problème dès 2015 ?

Silence également sur le fait que le réseau social trace les données de navigation de sa communauté même quand elle n’est pas connectée. On se souvient qu’en France, la Cnil a infligé une sanction de 150.000 Euros au réseau social pour un tel traçage via le cookie "datr". Mark Zuckerberg a par ailleurs admis devant les membres du Sénat des États-Unis qu’il ne croit pas que les internautes lisent l’intégralité des conditions générales d’utilisation (CGU), qui sont pourtant un contrat passé entre la plateforme et l’utilisateur qui s’y inscrit. Enfin, Facebook est-il en situation de monopole avec son réseau social, qui compte plus de 2 milliards d’inscrits ? "Ce n’est pas le sentiment que j’ai", a répliqué Mark Zuckerberg, déclenchant quelques éclats de rire dans l’assistance. Facebook a jusqu’au 25 mai prochain pour se mettre en accord avec la RGPD (Règlement général sur la protection des données), qui s’imposera à toute entité manipulant des données personnelles d’un citoyen de l’Union européenne.


Mark Zuckerberg face aux sénateurs : les 10 points à retenir
Numerama 11-04-2018

Lire l'article sur Numerama
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information