Partager
International

Le « livre blanc » de la Commission européenne ouvre … cinq impasses !

La Commission Européenne a dévoilé un « livre blanc » et cinq scénarios pour l’avenir de l’Europe dont la Croix présente une synthèse critique. La Commission européenne veut « trouver un nouveau souffle après le Brexit » et surmonter «un climat de défiance généralisé» pour « démontrer la capacité de l’UE à peser dans la vie des citoyens ». Remarque : précisément, nombre de citoyens trouvent l’UE « pesante » ! Or en 2017, le sort de l’UE est suspendu « aux différents scrutins nationaux aux Pays-Bas, en France, en Allemagne, en Italie, en République Tchèque, peut-être en Italie ou en Autriche »… Les différents scénarios doivent constituer le « certificat de naissance » de l’Europe à vingt-sept, a estimé le 1er mars le patron de l’institution, Jean-Claude Juncker. Remarque : curieuse expression alors qu’il n’y a pas dans ce rapport de « cap précis » désigné mais « cinq chemins possibles à emprunter d’ici à 2025 ». Un enfant qui naît a une filiation et une identité ! Le problème n’est-il pas que l’Union européenne ignore l’une et l’autre ? Voici néanmoins les 5 scénarios élaborés par le « livre blanc » : 1. « Continuer tel quel », en mettant en œuvre les programmes de travail déjà actés : protection des frontières extérieures, lutte contre le terrorisme, relance de la défense européenne. Critique de la Croix : ce « statu quo » est une navigation à vue dans une mer périlleuse (crise migratoire, Brexit, terrorisme) qui ne tient pas compte des « divergences de vues de plus en plus marquées entre les États membres ». Pourquoi élaborer un livre blanc pour conclure qu’il ne faut, à l’avenir, rien changer ? 2. Tout miser sur le marché unique : en faire la « raison d’être » des Vingt-sept « pour faire plaisir aux « souverainistes » qui estiment que l’Europe doit cesser de se mêler de tout. Critique de la Croix : « Témoin impuissant de l’incapacité des États membres à accorder leur voix dans de nombreux domaines, la Commission se centre sur le plus petit dénominateur commun du marché unique… » 3. L’Europe « à plusieurs vitesses » selon la capacité des Etats membres. Avis de La Croix : Ce scénario, privilégié par la France et l’Allemagne « permet aux « bons élèves » de l’Union de progresser plus vite. Mais cette voie ne dit pas comment prendre en compte ceux qui restent à la traîne. » 4. Faire moins, mais plus efficacement Se concentrer sur des dossiers prioritaires : commerce, sécurité, migration, contrôle des frontières, défense, innovation. Et «  lever le pied sur les politiques régionales, la santé, et une partie de la politique sociale. » Encore faut-ils que les États membres s’entendent sur l’ordre de ces priorités. Avis de la Croix : Bruxelles est consciente de s’éparpiller et « fidèle au principe de subsidiarité - qui consiste à traiter au niveau global ce qui est moins bien géré à l’échelle locale - la Commission veut envoyer un signal positif aux citoyens, avec un souci d’efficacité. » NB Erreur de La Croix : le principe de subsidiarité, c’est l’inverse ! C’est de permettre au local à faire lui-même tout ce qui est à sa portée pour n’intervenir qu’en dernier recours. (* Cf Pie XI dans l’Encyclique Quadragesimo Anno : " L"objet naturel de toute intervention en matière sociale est d’aider les membres du corps social, et non pas de les détruire ni de les absorber.") 5. Faire beaucoup plus ensemble : l’option du « toujours plus, toujours mieux ». Les Vingt-Sept décideraient de mettre en commun davantage de pouvoirs, de ressources et de processus décisionnels, dans tous les secteurs qui font l’Union - budget compris. Avis de La Croix : Ce fédéralisme qui serait aussi le « scénario de cœur » du président de la Commission Jean-Claude Juncker « est aussi la plus difficile à mettre en œuvre, tant les désaccords entre pays sont nombreux.( par exemple sur la défense). Bref, ces cinq « chemins » ont tout l’air d’impasses : si c’est un « certificat de naissance », il s’agit d’un mort-né.


Cinq scénarios pour l'Europe
La Croix 07-03-2017

Lire l'article sur : La Croix
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information