Partager
Société

Ce que la Franc-Maçonnerie « inspire » à la République … et à l’Église

Le 27 février, François Hollande a rendu visite au siège du Grand Orient de France (GOF), la principale obédience maçonnique française qui revendique 49 000 membres et 1 200 loges. Une première pour un président de la République en exercice. L’occasion en était le 300e anniversaire de la naissance de la franc-maçonnerie moderne (1717).  

A l’issue d’un entretien particulier avec le grand-maître du GOF, François Hollande a prononcé un discours au cours duquel il a notamment évoqué le rôle des Francs-Maçons dans l’échéance présidentielle : « Si vous n’y participez pas directement, vous faites en sorte que les réflexions que vous avez portées ces derniers mois puissent se retrouver dans la délibération publique de manière à inspirer des textes qui, demain, seront les lois de notre pays. » (Le Figaro du 28/2/2017).

Cette « inspiration » est en contradiction avec celle de l’Église, rappelle le site Aleteia dans un article paru quelques jours avant la visite présidentielle :

Le Grand Orient de France et l’Église ont toujours eu des rapports tendus notamment sur la laïcité dont le GOF se considère « comme le garant ».

C’est particulièrement sensible sur les questions bioéthiques : « le Grand Orient ne manque pas de dénoncer régulièrement les prises de position de l’Église sur des questions politiques et sociétales majeures – comme la législation sur l’avortement, la recherche sur les cellules souches, le mariage gay ou l’euthanasie » -lois longuement mûries en loges.

L’éradication des symboles chrétiens de l’espace public est également au programme du GOF qui a réitéré le 16 novembre dernier son opposition inconditionnelle à la présence de crèches de Noël dans des établissements publics.

De même, le GOF pointe toute démarche associant des élus au christianisme, tel le pèlerinage à Rome organisé le 8 décembre par le cardinal Philippe Barbarin pour les élus de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le GOF récuse aussi tout enseignement religieux comme la présence de religieux à l’université : les francs-maçons de la rue Cadet ont fustigé l’élection du doyen de la faculté de théologie de Strasbourg, le père Michel Deneken, à la présidence de l’université, le 16 décembre, en ces termes : « la théologie n’est pas plus une science que l’astrologie ».

L’Église et les papes se sont toujours prononcés contre la franc-maçonnerie « pour des raisons aussi invariantes que fondamentales : principalement son rejet de toute vérité transcendante, son relativisme moral et sa dimension initiatique » résume Aleteia.  L’article renvoie notamment à la constitution In Eminenti ( 1738) du pape Clément XII, à l’encyclique Humanum Genus (1884) de Léon XIII, ainsi qu’au rappel, en 1983, par le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Ratzinger – futur Benoît XVI – de l’incompatibilité de l’appartenance à l’Eglise et à la Franc-Maçonnerie, sous peine d’excommunication.


Une visite sans précédent sous la V° République : un président chez les franc-maçons
Aleteia 28-02-2017

Lire l'article sur : Aleteia
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information