Partager
Religion

Pas de poignée de mains, pas de nationalité suisse

C ‘est une séance qui aura créé le malaise au sein du comité de naturalisation, à Lausanne... Un couple d’origine maghrébine, mais dont on ne connaît pas la nationalité, s’est en effet vu refuser la nationalité suisse suite à son audition. Tous deux ont « manifesté un comportement général discriminant », selon le vice-maire Pierre-Antoine Hildbrand, l'un des trois membres présents à l'audition. Ce couple a en effet non seulement refusé de serrer la main d’une personne de sexe opposé, mais aussi refusé de répondre à certains questions, notamment posées par une personne de sexe opposé. En effet, selon une vision courante au sein de la religion musulmane, l’Islam ne permet pas de contact physique avec une personne du sexe opposé, à l’exception de certains membres de la famille proche. 

Pas de fracture politique autour de cette décision : ce rejet est jugé légitime par le maire socialiste de Lausanne, Grégoire Junod, pour qui ce comportement est « en contradiction avec le principe d’égalité entre hommes et femmes. » « On a considéré que la question de l'intégration n'était pas acquise. » L’argument pour les défensdre du président de l’Union vaudoise des associations musulmanes laisse quant à lui rêveur : « tout dépend de l’intention du couple. Si c’est une pratique religieuse et pas une volonté d’attenter à légalité hommes-femmes, alors ce n’est pas discriminatoire. » Un précédent avait déjà eu lieu en 2016, dans un collège suisse, qui avait dispensé deux frères syriens de religion musulmane  de serrer la main de leurs professeurs femmes. Après un vif débat dans le pays, la dispense avait finie par être annulée.


A l'inverse, il y a peu, la justice suédoise a accordé un dédommagement pour discrimination à une jeune femme de 24 ans. Par conviction religieuse, elle avait refusé, lors d’un entretien d’embauche, de serrer la main tendue par l’employeur, préférant poser sa propre main sur son cœur. Le recruteur avait alors coupé court à l’entretien. Selon les juges suédois, l'entreprise n'aurait pas dû exiger que le salut ne puisse se faire que via une poignée de mains, car cela pouvait exclure certains musulmans pratiquants. Une décision de justice qui pourrait faire jurisprudence dans le pays, mais qui pose clairement la question des limites du multiculturalisme et du rapport conflictuel entre loi nationale et religion musulmane.




Muslim couple denied Swiss citizenship over handshake refusal
The Guardian 18-08-2018

Lire l'article sur The Guardian
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information