Partager
Politique

L’Eglise et les migrants : un effort de pédagogie s’impose !

Se télescopant avec l’attentat islamiste de Barcelone, le message du pape François pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié dans lequel il plaide pour l’extension de visas humanitaires et pour le regroupement familial, en faisant « toujours passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale », a suscité de nombreuses réactions négatives. Dans cet entretien à l’hebdomadaire Famille Chrétienne (25 août), Marc Fromager, directeur de l'Aide à l'Église en Détresse pour la France, estime que pour mieux se faire comprendre, « l'Église doit faire un vrai travail de pédagogie ». Il estime en effet que le document pontifical n’évoque pas assez les causes des flux migratoires alors qu’une analyse du phénomène permettrait de mettre en cause les pratiques des gouvernements occidentaux et des multinationales en Afrique et au Moyen-Orient.

Il rappelle d’abord le contexte : le message annuel pour la journée mondiale du migrant n’est pas le discours programmatique d’un politique. Le pape y souligne la centralité de la personne humaine : « Les migrants ne sont ni des pions, ni une espèce de masse informe, une main d'œuvre ou bien une menace. Ils sont avant tout des personnes » résume Marc Fromager. Ils sont même des frères à évangéliser, les flux migratoires offrant une opportunité d’évangélisation comme le rappelle le pape François dans son message.  Reste à savoir comment nous répondons en France aux musulmans qui frappent à la porte des églises ? (A-t-on vraiment rompu avec l’époque où on les renvoyait poliment en leur conseillant d’être « de bons musulmans » ?)

Marc Fromager salue donc la place essentielle que l’Eglise donne à la personne du migrant, au cœur du message du pape. Mais il le trouve pessimiste dans son approche du phénomène des migrations, comme s’il s’agissait d’une fatalité qui n’aurait pour seule solution que l’ouverture des frontières. C’est seulement en analysant les causes des flux migratoires que l’Eglise sera « prophétique » en osant par exemple parler de l'ingérence des occidentaux en Afrique ou au Moyen-Orient ou bien du suicide démographique occidental. »

 Evoquant le cas de la Syrie, le directeur de l’AED souligne que seulement la moitié des migrants venus en Europe depuis deux ans sont des réfugiés syriens, les autres étant principalement des réfugiés économiques. Surtout, il constate que sur 22 millions de Syriens que comptait le pays au début de la guerre, 9 millions se sont déplacés à l'intérieur du pays et 5 millions ont trouvé refuge dans les pays voisins (Liban, Jordanie, Turquie) :  « 9 millions de Syriens déplacés : cela signifie bien qu'on n'est pas forcément obligé de quitter son pays lorsqu'il est en guerre mais qu'il est possible de rejoindre pour un temps des régions non-exposées. » C’est aussi ce qu’ont fait dans leur majorité les chrétiens du nord de l'Irak, lors de l'invasion de la plaine de Ninive par Daech en 2014, encouragés par l’Eglise locale à ne pas immigrer, ce qui aurait consacré la victoire de l’Etat islamique dont l’un des buts principaux est de vider le Moyen-Orient des chrétiens.

« Quitter son pays n'est donc pas une fatalité » conclut Marc Fromager qui souligne que l'Aide à l'Eglise en Détresse (AED) a déjà dépensé plus de 35 millions d'euros dans le nord de l'Irak. « On pourrait même se demander s'il est charitable de favoriser les départs quand on pense à la reconstruction des pays touchés par la guerre » ajoute-t-il. Aux Européens, et pas seulement aux gouvernants, de s’interroger sur ce qu’ils font concrètement pour aider ces populations menacées par la guerre ou par la misère à rester ou à revenir dans leur pays.

 

 


Marc Fromager : « Concernant les migrants, l'Église doit faire un vrai travail de pédagogie »
Famille Chrétienne 29-08-2017

Lire l'article sur : Famille Chrétienne
Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Aujourd'hui la production d’information explose de façon exponentielle :
plus personne ne peut suivre, personne n'a le temps et peu d'infos sont vraiment utiles.

Sélectionner est la seule réponse adaptée

Voila pourquoi nous avons lancé le service LSDJ qui sélectionne et commente pour vous chaque jour 1 et 1 seule info parmi toutes les infos du monde :
- en 1 minute vous prenez connaissance chaque soir d'un sujet important
- sur 30 jours, vous constaterez que vous aurez eu beaucoup d'informations à forte valeur ajoutée et que vous aurez couvert tous les sujets essentiels

LSDJ deviendra rapidement votre meilleure source d'information