Partager

International

La synthèse

Pakistan : Asia Bibi, martyre et emblème des lois anti-blasphème

Par Philippe Oswald - Publié le 05 juillet 2018

Âgée aujourd'hui de 47 ans, Asia Bibi est détenue en prison depuis plus de 9 ans. Condamnée à mort pour un prétendu « blasphème » contre l’islam, cette chrétienne, mère de famille de cinq enfants, attend le verdict de la Cour suprême du Pakistan…dont l’audience est sans cesse repoussée !

C’est en juin 2009 que cette humble villageoise de la province du Pendjab au Pakistan oriental a été prise à partie par une autre ouvrière agricole parce qu’elle puisait de l’eau du puits du village, elle une chrétienne, une impure !  Accusée de blasphème, arrachée à sa famille et envoyée en prison, elle est condamnée en première instance en 2010 à la peine de mort par pendaison, condamnation confirmée en appel le 16 octobre 2014 par la Haute Cour de Lahore. Mais la sanction est suspendue par la Cour suprême du Pakistan en 2015 puis en 2016. Alors que cette juridiction dispose de trois ans pour la juger, l’audience qui doit sceller son sort est remise sine die.

La cause principale de ces atermoiements est la terreur que les islamistes font régner au Pakistan, le « pays des purs » de l’islam. Non seulement ces fanatiques ont juré de tuer Asia Bibi en émettant contre elle et contre les membres de sa famille une fatwa assortie d’une promesse de récompense pour tout musulman qui les tuerait, mais ils sont déjà passés à l’acte en assassinant en 2011 deux hommes politiques qui avaient publiquement pris la défense de la jeune femme : Salman Tasser, gouverneur musulman du Penjab, et Shahbaz Bhatti, ministre catholique des minorités. Les juges et les autorités pakistanaises redoutent donc les représailles des islamistes. Ainsi s’explique largement leur surdité à l’indignation suscitée dans le monde entier par le cas d’Asa Bibi.

Les lois anti-blasphème, instituées en 1986 par la République islamique du Pakistan, sont un véritable fléau social. Elles servent en effet à tout propos, contre des chrétiens (environ 4% de la population) mais aussi contre des musulmans, pour satisfaire des rancunes personnelles ou régler de simples problèmes de voisinage. Le cas d’Asia Bibi, emblématique de l’iniquité de ces lois, a été de nouveau soulevé par l’European Center for Law and Justice (ECLJ)  pendant un débat général de la 38e session du Conseil des droits de l’homme à Genève, le 25 juin 2018.


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.