Partager

Médias

La synthèse

Nouveau système d’exploitation d’Apple : selon Snowden, Big Brother serait dans le fruit

Par Ludovic Lavaucelle - Publié le 03 septembre 2021

Le 7 juin 2021, la firme californienne Apple a annoncé le lancement de la 15ème version du système d’exploitation mobile iOS pour sa gamme d’iPhone (plus d’1 milliard d’unités vendues dans le monde). La mise en place est prévue mi-septembre aux États-Unis, puis dans le monde. On ne compte pas moins de 275 nouveautés ou améliorations par rapport à la version précédente. Mais dans la masse de petites innovations et de gadgets, se cache un nouveau système de surveillance particulièrement intrusif, selon le lanceur d’alerte Edward Snowden, ancien informaticien de la NSA (National Security Agency) toujours réfugié à Moscou (voir ci-dessous l’article sur son blog)…

En installant cette mise à jour, le client ne sera plus vraiment propriétaire de son iPhone. Jusqu’à présent, rien n’empêche la firme à la pomme (quelles que soient les dénégations d’Apple) de fouiller les fichiers chargés sur l’iCloud (système de stockage en ligne d’Apple). Mais une limite claire existe : Apple n’a accès qu’à ce qu’on lui confie… Or, l’iOS 15 étend les capacités d’intrusion de la firme sur les fichiers des utilisateurs de manière inédite : un iPhone mis à jour déclenchera ces recherches automatiquement avant même que les fichiers aient atteint les serveurs iCloud. Si jamais une quantité « suffisamment importante » de contenu illicite est découverte, alors les autorités seront renseignées par Apple.

Si Apple, qui a mis la protection de la vie privée de ses clients au centre de ses arguments de vente, accepte de fabriquer des produits qui trahissent leurs utilisateurs, à quelles conséquences peut-on s’attendre ? Des experts ont déjà mis en lumière des faiblesses techniques qui rendent le système vulnérable au piratage. Mais pour Edward Snowden, le principal danger est ailleurs : ce sont les gouvernements qui décident de ce qui constitue une infraction, et Apple leur offre un accès direct à la vie privée de plus d’un milliard d’individus.

Malgré les nombreuses réactions négatives, la firme de Cupertino ne compte pas revenir sur son plan. Sa justification est de mieux lutter contre la pédophilie en comparant automatiquement et massivement les contenus avec des images de référence. Apple précise que le champ d’action est limité aux photos destinées à être chargées sur iCloud. Mais 85% des utilisateurs d’iPhone chargent toutes leurs photos sur l’iCloud ! L’autre argument est que le système de surveillance n’ira pas au-delà d’une simple comparaison avec une base de données contenant des images identifiées comme pédophiles.

C’est un filet qui paraît bien peu efficace, s’étonne Edward Snowden. Un criminel pédophile n’aura qu’à désactiver l’option « iCloud Photos » pour échapper à toute surveillance. Il s’agirait donc bien plus de protéger la réputation de la marque à la pomme que de combattre le crime. Et puis, que se passera-t-il si, dans quelques années, et toujours au nom de la protection de l’enfance, une loi est passée pour interdire l’option de désactivation de l’iCloud ? Combien de temps avons-nous avant que, depuis notre poche, l’iPhone commence à discrètement partager du contenu jugé « extrémiste » ou « séditieux » ? Si Apple développe la technologie, la tentation d’en profiter sera irrésistible pour les services de renseignement…

Des optimistes prédisent que ce développement n’est qu’une diversion avant la mise en place du chiffrement de « bout en bout » de tout ce que les clients d’Apple échangent. Ce n’est pas un nouveau projet, mais jusqu’à présent, la direction d’Apple a cédé aux pressions du FBI et mis de côté ce qui serait une innovation majeure pour assurer la confidentialité des données. Seuls les appareils des personnes échangeant un fichier (y compris via iCloud) pourraient le lire. Cela permettrait de délimiter clairement ce qui appartient au client et ce qui est accessible au fournisseur. L’enjeu est de taille : Apple pourrait ainsi réaffirmer son leadership dans un marché concurrentiel en imposant un nouveau standard mondial. C’est bien ce qui a fait sa force depuis 30 ans !

Quelle naïveté ! objecte Edward Snowden… Qu’Apple passe (enfin) au chiffrement de bout en bout n’est plus une garantie de protection des données une fois l’iOS 15 mis en place. En effet, le système de surveillance permettra d’analyser et de dénoncer du contenu avant même que les données ne soient chiffrées ! Une vraie mine d’or pour un régime autoritaire quand on connait la propension des multinationales au « politiquement correct » qui s’assimile à de la soumission (on se souvient notamment des flatteries adressées au gouvernement chinois par de grandes firmes américaines lors de la célébration des 100 ans du PCC).

Le slogan d’Apple pourrait vite devenir : « Conçu en Californie, fabriqué en Chine, acheté par vous, possédé par nous »…


La sélection

Les dernières sélections