Partager

International

La synthèse

L’UE se préoccupe enfin -mais à sa façon- de la chute démographique des pays européens

Par Philippe Oswald - Publié le 18 juin 2020

La Commission Européenne a adopté le 17 juin un rapport sur le déclin démographique en Europe et sur ses conséquences, mises en évidence, selon elle, par la crise sanitaire – mais, à notre avis, bien d’avantage par la crise identitaire. « La crise [de la Covid-19] a révélé au grand jour de nombreuses vulnérabilités, dont certaines sont liées au profond changement démographique que subissent déjà nos sociétés et communautés d'un bout à l'autre de l'Europe » a déclaré Dubravka Šuica, vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Démographie et de la Démocratie, en présentant ce rapport. « Il est essentiel de faire face au changement démographique pour construire une société plus juste et plus résiliente » a-t-elle conclu en citant « la manière dont nous concevrons les soins de santé, les systèmes de protection sociale, les budgets publics et la vie publique dans les décennies à venir. » Si l’on peut douter que la « résilience » soit le meilleur moyen de faire face aux lourdes conséquences économiques, sociales et politiques du déclin démographique, on relève que ce rapport inaugure la création par la Commission d’un portefeuille « pour répondre au défi du changement démographique dans toute sa complexité à travers l'UE ». C’est une première.

La situation est en effet critique. En 2018 et en 2019, les pays de l’Union Européenne ont enregistré plus de décès que de naissances. Tous sont en deçà du seuil de renouvellement des générations : 2,1 (c’est-à-dire 210 enfants pour 100 femmes en âge de procréer), le taux de natalité stagnant ou étant inférieur à 1,3 dans certains pays (Italie, Grèce, Espagne). Ceux qui, comme la France, l’Irlande, la Suède, le Danemark voient encore leur population augmenter, le doivent à l’immigration dont les instances de l’UE finiront peut-être par admettre un jour les problèmes sociaux, économiques et politiques qu’elle soulève. Au total, sur la pente actuelle, le nombre d’Européens, estimé aujourd’hui à 447 millions d’habitants (sans la Grande-Bretagne), devrait tomber à 424 millions en 2070 – soit un recul de 5% en un demi-siècle. Si l’ensemble du continent est touché par « l’hiver démographique » contre lequel mettait déjà en garde Alfred Sauvy il y a un demi-siècle, les pays les plus frappés par la dénatalité, le vieillissement et le déclin de la population, sont ceux de l’Est (Bulgarie, Roumanie, Hongrie, pays Baltes) et du Sud (Italie, Grèce, Espagne). Dans ces pays, le dépeuplement est accéléré par le départ des jeunes qui émigrent vers l’Europe de l’Ouest ou du Nord pour trouver du travail.

Dans 50 ans, estiment les auteurs du rapport, l’UE aura perdu environ 18% de sa population active et le marché européen sera confronté à un déficit de main-d’œuvre de 12%. Pour y remédier, ils appellent à développer l’emploi des femmes (mais est-ce vraiment le meilleur moyen de relancer la natalité ?) et la formation des personnes peu qualifiées, ainsi qu’à favoriser le maintien au travail des personnes de plus de 55 ans. Mais ils restent d’une grande discrétion sur le recours à la main-d’œuvre immigrée. Interrogée à ce sujet par Le Figaro (17 juin), Dubravka Šuica répond : « Il sera sans doute nécessaire de faire appel à des travailleurs qualifiés par le biais de l’immigration extra-européenne légale. Je sais bien que la montée du populisme a été favorisée par les peurs liées à l’immigration, mais je ne crois pas que la fermeture des frontières soit une solution à nos problèmes. » Manifestement, le « logiciel » étroitement économique de la Commission européenne et ses œillères multiculturalistes ne lui permettent pas d’intégrer les deux problèmes majeurs qui se posent aujourd’hui aux pays occidentaux : la dénatalité et l’immigration. Il reviendra donc aux Etats d’y faire face – comme l’ont déjà entrepris deux « bêtes noires » de la Commission : la Pologne et la Hongrie.


La sélection

Les dernières sélections