La Sélection du jour | L’invasion des « faux aliments » (n°239)
Partager

Santé

La synthèse

Gare à l'invasion des "faux aliments"

Par Judikael Hirel - Publié le 03 janvier 2018

C’est un entretien au long cours qui fait peur, en ces lendemains de repas de fête… Le docteur Anthony Fardet, auteur du livre "Halte aux aliments ultra-transformés" (Ed. Thierry Souccar), s’est confié longuement au Nouvel Obs sur les dangers pour notre santé de ces produits qui envahissent les rayonnages des grands magasins, et donc nos placards et assiettes.

Pour le chercheur, les produits industriels déversés depuis les années 1980 dans les petites et grandes surfaces sont responsables des épidémies contemporaines comme le diabète ou l’obésité. On apprend ainsi que le fractionnement par l’industrie agroalimentaire des aliments naturels. s’appelle le "cracking" : "grâce à différents procédés chimiques ou mécaniques, le craquage casse un aliment (lait, œufs, céréales, légumineuse…) en plusieurs éléments ayant une valeur commerciale importante. La somme de ces éléments rapporte plus que l’aliment entier."

Un produit ultra-transformé se distingue d’abord par une longue liste d’ingrédients et additifs utilisés essentiellement par les industriels : au-delà de quatre-cinq de ces composés la probabilité d’être en présence d’un produit ultra-transformé est très forte. Ensuite, ce produit est artificiel ; la part d’aliments naturels y est donc très faible. Ce produit est régulièrement enrichi en gras, sucre et sel, et doté d’un emballage est souvent coloré, très attractif pour favoriser l’acte d’achat. À noter également, sur les emballages, la présence d’"informations nutritionnelles du type « enrichi en… », « sources de… », « Bon pour… », explique-t-il.

Pour le chercheur, ces produits créent littéralement le lit pour l’obésité et le diabète. Ils sont, pour la plupart, hyperglycémiants, c’est-à-dire qu’ils favorisent l’élévation rapide du glucose dans le sang. L’ajout de sucre, sel et gras crée une forme de dépendance, tandis que ces produits sont aussi pauvres en fibres et en micro- et phyto-nutriments protecteurs, c’est-à-dire en antioxydants, vitamines, minéraux, oligo-éléments, polyphénols, caroténoïdes. On parle alors de calories « vides »… Le conseil du docteur Fardet ? "Lisez bien la liste d’ingrédients et d’additifs. Plus elle est longue et moins vous connaissez les noms), plus vous avez de chance d’être en présence d’un produit ultra-transformé !"


La sélection

Les dernières sélections