Partager

International

La synthèse

Les Etats-Unis lancent une guerre froide idéologique sous l’égide de l’ONU

Par Ludovic Lavaucelle - Publié le 29 juillet 2021

La gauche américaine attendait l’élection de Joe Biden à la Maison Blanche pour lancer une nouvelle offensive. Le 16 juillet, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a envoyé une missive à toutes ses ambassades qui sonnait comme une mobilisation générale. Il exhortait ses troupes à maintenir une pression maximale dans leurs échanges avec les pays tiers, en vue de soutenir le modèle démocratique et le respect des droits de l’Homme. La realpolitik est abandonnée. La première puissance mondiale doit être le fer de lance d’une nouvelle croisade pour le bien de tous, alliés comme rivaux… Le Président Biden a été explicite sur ce sujet : le 21ème siècle sera une période charnière pour déterminer qui doit l’emporter, des démocrates ou des autocrates. Si la Russie et la Chine sont des ennemis désignés, les « populistes » en Amérique et en Europe sont aussi visés. L’écrivain et essayiste N.S. Lyons (voir son article en lien ci-dessous sur son blog) prévient que cette guerre idéologique est bien différente de celle qui a permis au monde libre de vaincre l’URSS.

Antony Blinken a aussi déclaré que l’administration américaine s’était fixé la priorité de combattre les injustices raciales partout dans le monde et sur son territoire. Joignant l’acte à la parole, il a pris l’initiative de demander au rapporteur spécial de l’ONU sur le racisme d’analyser le « racisme systémique » aux États-Unis. Il réagissait à la déclaration de la Haute Commissaire aux Droits de l’Homme, Michele Bachelet, qui, le 26 juin, avait tancé les pays occidentaux accusés de ne pas faire suffisamment pour déraciner le racisme et les discriminations de leurs lois et institutions. Les démocrates au pouvoir aux États-Unis veulent être les porte-étendards de cette croisade. Ils ont par exemple encouragé leurs ambassades à arborer un drapeau aux couleurs du mouvement Black Lives Matter. Dans un autre registre, l’USAID, l’Agence Nationale U.S. pour l’Aide et le Développement, a lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour mobiliser la communauté homosexuelle et transgenre de la province ukrainienne du Donbass (que les Russes convoitent)…

Le 23 juin, les États-Unis, soutenus par 20 pays, ont créé un nouveau groupe sous l’égide de l’ONU dédié au combat contre les violences faites aux transsexuels. Un « expert indépendant » a déjà remis une feuille de route. Un nouveau devoir doit s’imposer à tout État de droit : garantir que l’être humain a un droit absolu à définir son identité. Cet « expert indépendant » a rédigé une nouvelle table des commandements : 1/ la décision appartient à l’individu ; 2/ le processus administratif pour changer de « genre » doit être simple ; 3/ personne ne doit être soumis à des obligations comme une ordonnance médicale ; 4/ l’accès au changement de « genre » doit être exhaustif et prendre en compte toutes les options « non-binaires » ; 5/ les mineurs doivent profiter de ce nouveau droit sans aucune contrainte. L’ONU n’est plus seulement le « machin » vilipendé par le général de Gaulle mais une nouvelle église en charge d’édicter des normes pour créer un « homme nouveau ».

Le monde entier n’est évidemment pas prêt à embrasser cette nouvelle foi. Mr. Madrigal-Borloz, l’expert désigné par l’ONU, a donc publié un rapport dénonçant les « pratiques d’exclusion ». Les choses sont claires : les populistes et réactionnaires se cachent derrière des expressions comme la défense d’une « prétendue loi naturelle » et des « valeurs traditionnelles ». Ce rapport doit être adopté par l’ONU lors de l’assemblée de septembre 2021. Il ne suffira plus d’avoir des institutions démocratiques pour appartenir au camp du Bien. Il faudra aussi adopter avec ferveur les nouveaux dogmes progressistes. Sus aux hérétiques ! Un mauvais esprit penserait à la résurgence d’un impérialisme porté par la sainte alliance États-Unis/ONU.

C’est en tout cas une très mauvaise stratégie de la part des États-Unis car cet absolutisme doctrinaire risque de jeter de nombreux pays non alignés dans les bras de la Chine… L’Indonésie, par exemple, le pays qui compte le plus de musulmans au monde, et qui occupe une place stratégique au Sud de la Mer de Chine. Les pays occidentaux peuvent aussi redouter un redoublement de la violence islamiste sur leur sol. Et comment inspirer les dissidents qui risquent leurs vies dans des pays dictatoriaux si la liberté de pensée est battue en brèche par la civilisation qui en a inventé le concept ?

En 1965, l’article 4 de la « Convention internationale sur l’élimination de toute discrimination raciale » avait été adopté après un vif débat. Elle imposait aux États membres de prendre des mesures législatives contre la discrimination raciale. La position du bloc communiste était que le combat contre les discriminations devait avoir priorité sur la liberté d’expression. Les pays occidentaux avaient défendu la liberté : empêcher des idées de s’exprimer était contraire à la démocratie. Mais c’était avant que le « pouvoir du peuple » devienne suspect de « populisme ».


La sélection

Les dernières sélections