Partager

Ecologie

La synthèse

Les éoliennes donnent le tournis !

Par Philippe Oswald - Publié le 07 novembre 2019

Vive les éoliennes ! Le marché mondial des éoliennes a crû de près de 30% par an entre 2010 et 2018. Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), l'énergie éolienne en mer pourrait voir ses capacités de production multipliées par 15 d'ici 2040. Dans l'UE, les parcs offrent aujourd'hui une capacité de près de 20 gigawatts, chiffre qui devrait passer à 130 GW d'ici 2040. S’il atteignait 180 GW, l'éolien offshore deviendrait la première source d'électricité du continent, lui permettant d’atteindre la neutralité carbone, selon l'AIE. Sur ce marché, le Danemark, l’Allemagne et la Grande-Bretagne sont aujourd’hui les premiers producteurs au monde. Ils risquent toutefois d’être rattrapés par la Chine qui devrait disposer de la plus grande flotte éolienne offshore vers 2025.

À bas les éoliennes ! L’engouement pour les éoliennes n’a pas gagné la France, championne de l’énergie nucléaire. Bien sûr, on se réjouit quand elles créent de l’activité et de l’emploi comme à Cherbourg où vient d’être inaugurée (6 novembre) une usine de production de pales géantes. Un bémol : LM Wind Power, le constructeur, est danois et il appartient au groupe américain GE Renewable Energy. D’ailleurs « 80% du marché national est couvert par quatre groupes étrangers » selon la Cour des comptes. En l’occurrence, ces pales de 107 mètres de long, un record mondial, sont destinées à des parcs marins éoliens britanniques et américains, autrement dit, elles ne défigureront pas notre paysage côtier…

Dès qu’il est question d’installer des éoliennes en France, les choses se compliquent ! Certes, la Loi de transition énergétique pour la croissance verte (2015) a pour objectif de porter la part des énergies renouvelables à 23% de la consommation finale d'énergie en 2020, et à 32% en 2030. Mais leur rentabilité reste à démontrer : actuellement l'éolien ne fournit en moyenne qu’entre 6 et 8% de l'électricité consommée en France, pour un coût évalué par la Cour des comptes en 2017 à plus de 5 milliards d'euros. Au total, 100 milliards d’euros d’argent public auraient déjà été engloutis dans l’éolien selon l’économiste Ludovic Grangeon, ex-banquier international d’investissement. Quant aux communes qui ont cédé à l’attrait de ressources fiscales, elles déchantent depuis que cette manne est amputée par la réforme de la taxe professionnelle au profit des structures intercommunales et départementales.

Selon une enquête Harris Interactive commandée par France énergie éolienne (FEE), 73% des Français ont une bonne image de l’éolien. Normal, c’est réputé être écolo… (réputation contestée par nombre d’écologistes qui pointent leurs composants). Mais dès qu’il s’agit d’en installer, 70% des projets sont visés par des recours… Tout le monde ne partage pas l’enthousiasme d’industriels des énergies renouvelables, tel Jean-Yves Grandidier, le patron de Valorem, qui estime réaliste d'intégrer 60 à 65% d'énergie éolienne et solaire dans la production française d'électricité d'ici à 2035 (Le Point du 3 novembre). Cet objectif suppose en effet l'érection de quelque 20 000 éoliennes. Elles ne sont pas seulement inesthétiques. Elles sont bruyantes (autant qu’un avion lorsque les turbines fonctionnent à plein régime) et auraient un impact sanitaire sur les animaux et sur les hommes.

Une douzaine d'éleveurs de plusieurs régions de France ont engagé une procédure judiciaire pour faire reconnaître des troubles impactant leur santé et celle de leurs animaux. Selon eux, l'installation d'éoliennes à proximité de leurs élevages serait à l'origine de troubles du comportement chez leurs bêtes, d’une baisse quantitative et qualitative du lait, d’une augmentation de la mortalité, et de malaises les touchant eux-mêmes, notamment des migraines. Au demeurant, personne ne veut voir ériger une éolienne à proximité de sa maison ou de sa ferme. Dans le Loiret, les habitants des communes d'Egly et Barville-en-Gatinais dans le secteur de Beaune-la-Rolande, se mobilisent contre la construction de huit éoliennes de 188 mètres de haut. À Chartres, plus de 150 personnes se sont réunies devant la cathédrale pour s’opposer à l’installation de parcs éoliens. Autre exemple récent : dans les Pyrénées-Orientales, l’enquête publique sur le projet d’implantation de six éoliennes à Passa, a mobilisé la population et recueilli… 96,67% d’avis défavorables. La conclusion s’impose pour le commissaire enquêteur, c’est non : « Le projet impacte fortement le paysage des Aspres aussi bien les vues sur le massif du Canigou que celles sur le massif des Albères et la montagne de Céret ». Et d’ajouter : « Le classement du massif du Canigou comme grand site de France s’en trouverait affaibli. Imaginez des éoliennes à proximité du Mont Saint Michel ? »


La sélection

Les dernières sélections