La Sélection du jour | Les « citoyens d’Europe » veulent retrouver leurs frontières (n°597)
Partager

Politique

La synthèse

Les « citoyens d’Europe » veulent retrouver leurs frontières

Par Philippe Oswald - Publié le 09 mars 2019

Bientôt la fin de « l’espace Schengen » ? Près de 34 ans après la signature dans la petite ville luxembourgeoise des fameux accords supprimant les contrôles aux frontières au sein de l’UE (14 juin 1985), Emmanuel Macron écrit « aux citoyens d’Europe » qu’il faut « remettre à plat » ces accords pour les « protéger ».  Cette tribune intitulée « Pour une renaissance européenne », publiée le 5 mars dans plusieurs journaux européens, consacre le revirement de l’opinion publique. La double pression migratoire et économique a eu raison de l’enthousiasme suscité à l’époque par la suppression des frontières intérieures de l’Union européenne, supposée favoriser les échanges de toute nature, touristique, culturelle, économique. A cause de la faiblesse des frontières extérieures de l’UE, la libre circulation n’apparaît plus aujourd’hui comme un atout mais comme une faiblesse de plus en plus dangereuse face à la crise migratoire et face à la guerre économique.

Faut-il sortir de Schengen comme le réclame Marine Le Pen, ou procéder à sa « remise à plat » comme l’écrit aujourd’hui Emmanuel Macron en reprenant des mots déjà utilisés par Nicolas Sarkozy ? Ce ne sont pour l’heure que des slogans de campagne électorale. La question clé reste de savoir à qui confier cette réforme : à des nations se ressaisissant de leur souveraineté comme le propose le président LR Laurent Wauquiez en réponse à Emmanuel Macron dans une tribune publiée par Le Monde ce samedi 9 mars, ou à des autorités européennes à la légitimité plus technocratique que démocratique ? En proposant de placer « sous l’autorité d’un Conseil européen de sécurité intérieure » « une police des frontières commune et un office européen de l’asile », le président de la République réaffirme son option pour un transfert de souveraineté à des autorités supra-étatiques. Pour autant, la fraîcheur avec laquelle la tribune d’Emmanuel Macron a été accueillie chez nos partenaires européens ne laisse pas augurer un « leadership » français contre Schengen.

Il y a pourtant urgence pour l’Europe de retrouver des frontières protectrices, qu’il s’agisse de l’immigration ou de l’économie. Sur le front des migrants, après la Grèce, l’Italie, l’Espagne, c’est au tour de la France de passer en alerte rouge :  elle se retrouve en première ligne à cause des troubles qui agitent l’Algérie à l’approche de la présidentielle. La population d’origine algérienne vivant dans l’Hexagone est évaluée à quelque à 2,5 millions, dont 800.000 ressortissants (binationaux compris) pouvant participer au scrutin algérien. Si les islamistes profitaient d’un « printemps algérien » pour s’emparer du pouvoir ou si la guerre civile revenait, ce sont des millions d’Algériens, principalement des jeunes, qui pourraient trouver refuge en France. Quant à l’économie, Emmanuel Macron propose de mettre en place « une préférence européenne pour l'attribution des marchés publics ».  Il serait temps ! « Depuis les années 90, les pays européens ont ouvert leurs marchés publics à des pays qui n'ont pas ouvert les leurs. Cela représente un manque à gagner de 2.000 milliards d'euros » constate François Lenglet dans son éditorial de RTL (5 mars, en lien ci-dessous).


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.