La Sélection du jour | Les Chinois, le virus et nous (n°925)
Partager

Santé

La synthèse

Les Chinois, le virus et nous

Par Jean Staune - Publié le 01 avril 2020

Lors de la révolte des Boxers, les nationalistes chinois ont chargé les fusiliers anglais avec de longues perches de 5 mètres de long, tendus horizontalement devant eux. Leur raisonnement était le suivant : quand on voit marcher les Horse Guards de la Reine, il est clair qu’ils n’ont pas de genoux, sinon ils ne marcheraient pas de cette façon si ridicule. S’ils n’ont pas de genoux, ils ne peuvent pas se relever sans aide une fois qu’ils sont tombés sur le dos, un peu comme une tortue retournée. Il suffit donc de les faire tomber avec de longs bâtons pour les vaincre ! Bien évidemment, ils furent tous massacrés.

Cette anecdote véridique n’est que le sommet d’un refus de comprendre et d’étudier l’Occident, très répandu chez les élites chinoises du XIXème siècle. Quand le gouvernement chinois a proposé d’envoyer tous frais payés des jeunes des grandes familles se former dans les grandes Universités américaines, pas une seule famille n’a accepté ! « Rien à apprendre de ces barbares » disait-on fièrement.

C’est exactement la position dans laquelle campent actuellement une grande majorité de nos médias et de nos intellectuels. Alors qu’il est désormais clair que la gestion de l’épidémie de tous les grands pays occidentaux (sauf l’Allemagne) est catastrophique par rapport à celle de la Chine, n’est-il pas cruel de relire ces propos de la journaliste Isabelle Lasserre publiés il a exactement un mois dans le Figaro : « Face aux carences des régimes autoritaires, qui ont nourri l’épidémie quand ils auraient pu la contenir, les démocraties libérales ont été beaucoup plus efficaces. Alors que les dictatures ont été déstabilisées par l’imprévu, les démocraties ont réagi avec calme, transparence et rationalité. Elles ont su anticiper et expliquer. Leurs systèmes de santé ouverts et coordonnés ont réagi rapidement … Dans l’affaire du coronavirus, les démocraties ont prouvé que leur système était plus efficace » ?

Certes Éric Zemmour (« quand la tragédie frappe à nos portes, notre conception du monde nous met à genoux tandis que les pays asiatiques montrent leur incontestable supériorité ») et Pierre Lellouche (« La pandémie accélérera la montée en puissance de la Chine »), font exceptions, mais en ce moment même, la plupart des grands médias français, sur la base de témoignages venant de sites relativement peu fiables, ou en déformant purement et simplement les propos de certains médias chinois, remettent en cause le nombre de morts officiels de l’épidémie en Chine (au-delà de la non-prise en compte, comme dans quasiment tous les autres pays, des morts n’ayant pas eu lieu dans un cadre hospitalier). Et cela sans même réaliser qu’un calcul montre qu’après deux mois d’un confinement total durant lesquels ils n’ont pas pu aller chercher les urnes de leurs proches, les queues observées en Chine devant les crématoriums sont parfaitement compatibles avec les chiffres diffusés par l’Etat.

En cherchant à tout prix à diminuer les réussites chinoises, nous nous rapprochons dangereusement des erreurs commises par les chinois du XIXème siècle, qui leur ont coûtées très cher.   

Pourtant, nous avons vu sous nos yeux, en trente ans, l’un de pays les plus pauvres et les plus attardés de la planète se transformer en géant économique.

Ce qui nous égare, c’est la trajectoire de l’URSS. Nous avons tous pensé, après les événements de Tienanmen, que le Parti Communiste Chinois allait suivre le sort de son homologue russe. Nous n’avions pas compris que le Parti « Communiste » Chinois s’était transformé en un empire dynastique sans autre idéologie que de conserver le pouvoir, comparable aux dynasties qui avaient régné depuis des milliers d’années sur la Chine … mais en beaucoup plus performant !

Il faut remonter plus de 1000 ans en arrière, à la Dynastie Tang, pour trouver un progrès aussi spectaculaire que les progrès de la Chine actuelle (sur 300 ans et non sur 30 ans). Après une telle réussite, source de sa légitimité actuelle, toutes les enquêtes d’opinion montrent que le soutien du peuple chinois à son gouvernement est supérieur, surtout en cette période de crise, à celui des peuples occidentaux à leurs gouvernements.

Toutes proportions gardées, nous faisons la même erreur que le communisme que nous avons combattu. Nous pensons que notre modèle, la démocratie libérale doit s’étendre à toute la planète. C’est pourquoi la réussite de la Chine échappe totalement à notre cadre de pensée. Or, les chinois, eux, ne font plus cette erreur. Ce qu’ils disent sur tous les tons, ce n’est pas que leur système est meilleur que le nôtre et qu'il doit le remplacer, mais qu’il est aussi bon que le notre et constitue une alternative possible parmi d’autres.

C’est ce qu’explique cet entrepreneur chinois, ancien étudiant de l’Université de Berkeley, dans la vidéo sélectionnée ci-dessous, qui remet en cause toutes nos certitudes sur ce qu'est un gouvernement efficace.

Ce sont des choses que nous devons comprendre d’urgence si nous ne voulons pas nous retrouver dans la situation des Boxers chinois.


La sélection

Les dernières sélections