La Sélection du jour | Le vin, c’est bien mieux que de l’alcool (n°289)
Partager

Culture

La synthèse

Le vin, c’est bien mieux que de l’alcool

Par Philippe Oswald - Publié le 03 mars 2018

Une déclaration d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, sur France 2, le 7 février, est restée en travers du gosier des vignerons et des nombreux amateurs de (bon) vin que compte notre pays : «L'industrie du vin laisse croire aujourd'hui que le vin est différent des autres alcools. En termes de santé publique, c'est exactement la même chose de boire du vin, de la bière, de la vodka ou du whisky… il y a zéro différence ! (…) On a laissé penser à la population française que le vin serait protecteur, qu'il apporterait des bienfaits que n'apporteraient pas les autres alcools. C'est faux scientifiquement, le vin est un alcool comme un autre.»

La levée de boucliers suscitée par ces propos a valu à la ministre de la Santé cette réplique cinglante du président de la République : « Moi, je bois du vin midi et soir. Je crois beaucoup à la formule de Georges Pompidou: n'emmerdez pas les Français !»

Juste recadrage, estime dans Le Figaro Natacha Polony, qui pointe cette nouvelle police des mœurs exercée au nom de « la science » - alors que scientifiques et médecins sont nombreux à relever les bienfaits d’une consommation modérée de vin (un verre par repas) grâce aux antioxydants qu’il contient (le célèbre oncologue David Khayat est d’ailleurs cosignataire d’une tribune de personnalités protestant contre les propos de la ministre). En outre, s’insurge Natacha Polony, « parler d'«industrie» à propos du vin est une insulte à tous ces artisans qui constituent l'immense majorité des producteurs de vin en France » qui, par leur ancrage dans les terroirs, ont toujours résisté à l'industrialisation à l’anglo-saxonne. Enfin et surtout, le vin n’est pas un quelconque « alcool » mais « une boisson culturelle, porteuse de toute la mémoire historique et géographique de la France.»


La sélection

Les dernières sélections