Partager

International

La synthèse

Le vent se lève à Cuba

Par Ludovic Lavaucelle - Publié le 20 juillet 2021

La junte au pouvoir a été prise de court. Pour la première fois depuis que Fidel Castro a installé une dictature communiste en 1959, des milliers de Cubains sont descendus dans la rue. « Liberté ! » « A bas la dictature communiste ! » ont crié et chanté les manifestants d’un bout à l’autre de l’île. Avant que le régime ne ferme tout accès à internet, on a entendu sur les réseaux sociaux un cri de défiance encore plus inquiétant pour les dirigeants. « Nous n’avons pas peur ! » s’époumonent de jeunes Cubains…

Le feu couvait depuis longtemps mais cette soudaine éruption de colère est causée par une série de calamités, explique Carlos Eire, Américain d’origine cubaine, et professeur d’Histoire et de Religions à l’Université de Yale (voir article joint pour le média en ligne américain First Things). Chacune de ces calamités, liées entre elles comme les maillons d’une chaîne, a révélé les fondations pourries par le mensonge de la « révolution ». Jamais la vie n’a été aussi insupportable pour le peuple cubain. Il y a d’abord l’assèchement de l’aide vénézuélienne qui met à nu une économie en lambeaux et une dette publique abyssale. Une récolte de sucre désastreuse et une inflation galopante ont fait plonger le pouvoir d’achat déjà misérable des Cubains. Le système de santé, dont la gauche s’émerveillait en Occident, est en ruines. Tout manque à Cuba : les médicaments comme la nourriture. L’eau potable et l’électricité subissent des coupures quotidiennes. La répression, elle, est redevenue féroce.

Le pouvoir et de nombreux médias internationaux prétendent que le blocus américain, combiné avec l’épidémie du COVID-19, sont responsables de la crise actuelle. Mais les manifestants qui chantent et prient, qui crient et meurent dans les rues cubaines, savent bien, eux, que les coupables sont l’idéologie communiste et les criminels incompétents qui les gouvernent.

Ceux qui n’ont que leurs bras et leurs voix à opposer aux matraques et aux balles ont conscience que le régime ne tolère aucune dissension. Ils ont eu de courageux prédécesseurs, tous battus, emprisonnés ou torturés… On citera les « dames en blanc » qui, à partir de 2003, marchaient dans les rues en silence après la messe du dimanche, des fleurs à la main. Elles demandaient des nouvelles des disparus dans les geôles castristes. Depuis la visite du Président Obama en 2016, et malgré le Prix Sakharov de la Liberté de Pensée qui leur a été décerné en 2005, elles n’arpentent plus les rues … Ceux qui protestent aujourd’hui se souviennent peut-être de la manifestation du 5 août 1994 sur le Malecon, la longue corniche qui borde la mer à la Havane. Ils n’étaient pas nombreux mais, pour la première fois, des Cubains osaient défier le régime pour dénoncer la misère alors que Fidel Castro ne pouvait plus compter sur les subventions soviétiques…

Il est impossible de prédire la suite des événements. La police, parfaitement équipée, n’a pas hésité à tabasser, ni même à tirer pour tuer, mais la détermination du peuple cubain à se libérer n’a jamais semblé aussi forte. La liste des disparus s’allonge et l’internet reste coupé partout à Cuba. Le Vice-Ministre de l’Intérieur a soudainement démissionné pour « raisons de santé ». Rien ne permet à ce stade d’espérer une chute du régime honni. L’exemple du Venezuela ne prête pas à l’optimisme. Les dictateurs Hugo Chavez et Nicolas Maduro ont gardé les rênes du pouvoir grâce à la violence et l’aide de conseillers cubains, et ce malgré une très forte mobilisation populaire.

Carlos Eire a vécu dans le Cuba communiste avant de s’évader vers les États-Unis, comme tant d’autres… Il a lu alors « 1984 » de George Orwell. Il fut sidéré par cette dystopie qui décrivait si fidèlement, une douzaine d’années avant la prise de pouvoir de Fidel Castro, ce que serait le régime cubain. Orwell a prévenu par la voix d’un personnage du roman : un régime totalitaire peut durer aussi longtemps que sa classe dirigeante reste déterminée à garder le pouvoir par la répression.

Peut-on espérer que ces foules désarmées arriveront à faire tomber la clique criminelle qui les opprime ? La pression des démocraties est capitale. Or, les médias d’Europe occidentale, si prompts à donner des leçons à nos voisins d’Europe Centrale et Orientale, sont peu diserts sur Cuba. Ceux-là même qui embrassaient ou caressaient de la plume, le tortionnaire de La Havane, mettent les émeutes sur le compte du blocus américain et du COVID-19.

Les Cubains qui risquent leur vie en ce moment ne demandent pas de respirateurs ni même de vaccins. Ils hurlent pour vivre libres ! Ils donnent à la vieille Europe, recroquevillée sur son nombril sanitaire, une sacrée leçon de courage.


La sélection

Les dernières sélections