Partager

Société

La synthèse

Le divorce du peuple et des élites : un double diagnostic

Par Philippe Oswald - Publié le 21 octobre 2017

Le fossé s'élargit entre les élites et le peuple : sur ce constat commun, l'historien Jacques Julliard, classé à gauche, et le philosophe François-Xavier Bellamy, classé à droite, croisent leurs diagnostics  dans Le Figaro Magazine.

Qu’appelle-t-on « le peuple » ? Une communauté civique -« demos »- et une communauté de culture, de langue et de « représentations partagées » - « ethnos »- explique François-Xavier Bellamy. A ces mots grecs, Jacques Julliard ajoute deux mots latins : « plebs » qui signifiait le tout-venant du corps électoral opposé à l’élite des patriciens, et « populus » qui désignait l’ensemble des citoyens par opposition aux étrangers et aux esclaves. La France souffre aujourd’hui d’une double rupture de ces entités : celle qui sépare le peuple resté sédentaire des élites mondialisées, et celle qui sépare les Français de souche des communautés allogènes.

Le sentiment d’exclusion des classes populaires tient moins à l’écart des revenus qu’à la crise de culture et de représentation, souligne Jacques Julliard. Pour elles, c’est la double peine : elles sont confrontées à des migrants et toisées par des élites dont la culture « n'a plus rien à voir avec la culture nationale ». Une souffrance que tentent de capter le Front National d’un côté, et Les Insoumis de l’autre.

Le ressentiment est aussi du côté des élites, ajoute François-Xavier Bellamy pour qui l'élection d'Emmanuel Macron est « une revanche de la France qui réussit contre les « fainéants », les « extrémistes », les «envieux» qui « foutent le bordel » au lieu de se mettre « en marche » pour épouser la mondialisation.

Quels remèdes ?  S’adapter aux évolutions liées à la mondialisation mais sans y sacrifier l’identité des peuples, résume Jacques Julliard.  Respecter « le temps long » des convictions, des religions, des coutumes, au lieu de court-circuiter  la politique dans cet « ultra-économisme … devenu insupportable». On ne peut poursuivre dans « l'extension indéfinie du domaine du marché », conclut François-Xavier Bellamy. Mais il faut travailler à réunir les Français dans une culture commune, source de la conscience nationale.

 

 


La sélection

Les dernières sélections

Pourquoi s'abonner à LSDJ ?

Vous êtes submergé d'informations ? Pas forcément utiles ? Pas le temps de tout suivre ?
Nous vous proposons une sélection pour aller plus loin, pour gagner du temps, pour ne rien rater.

 Sélectionner et synthétiser sont les seules réponses adaptées ! 

0€ si vous voulez, 20€ (conseillé), ou tout montant de votre choix.
Le paiement de mon abonnement permet à LSDJ de poursuivre la diffusion d'informations de qualité, d'assurer son indépendance, et de pérenniser son avenir.