Partager

International

La synthèse

Le déclin de la population mondiale ne neutralise pas la « bombe démographique »

Par Philippe Oswald - Publié le 16 juillet 2020

Fin d’une idée martelée depuis des décennies par les malthusiens de tout poil et toujours en vogue à l’ONU : non, le monde n’est pas menacée par la surpopulation. Au contraire, « la population mondiale va bientôt commencer à décliner » affirment des chercheurs de l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME), de l’Université de Washington. Certes, en deux siècles, la hausse démographique a été spectaculaire : d’un peu plus d’un milliard il y a 200 ans, la population mondiale dépasse aujourd’hui 7,8 milliards et devrait poursuivre sa croissance au cours des prochaines décennies pour culminer à 9,7 milliards en 2064. Mais après cet apogée, elle devrait décliner pour tomber à 8,8 milliards en 2100 selon l’IHME, soit 2 milliards de moins que selon l’ONU qui table, elle, sur une croissance continue de la population mondiale (selon les projections de l'ONU, la population mondiale atteindrait 9,7 milliards en 2050 puis 10,9 milliards en 2100). Dans l’étude qu’ils ont publiée dans The Lancet, les chercheurs de l'IHME se basent sur des projections des taux de mortalité, de fertilité ou de migration au cours des 80 prochaines années. Ils prennent également en considération les risques de guerres ou de catastrophes naturelles liées au changement climatique. Relevons au passage que les projections démographiques de l’IHME, organisme financé par la fondation Bill et Melinda Gates, contredisent celles de l’ONU.

La baisse de la population étant très contrastée selon les pays et les continents, les différentiels démographiques vont bouleverser l’équilibre géopolitique. Plus d’une vingtaine de pays encourent un effondrement démographique de plus de 50%, tels en Europe, l’Espagne (46 à 23 millions d’habitants), l’Italie (61 à 31), le Portugal (11 à 4,5) et, en Asie, le Japon (128 à 60 millions), la Thaïlande (71 à 35), la Corée du Sud (53 à 27) et la Chine : le pays le plus peuplé du monde, devenu le rival des Etats-Unis, devrait en effet chuter de quelque 1,4 milliard d’habitants aujourd’hui à 732 millions en 2100 (les Etats-Unis pourraient ainsi dépasser la Chine d'ici la fin du siècle). En cause, pour tous ces pays, la généralisation de la contraception et, s’agissant particulièrement de la Chine, l’effet d’inertie de la politique de l’enfant unique et des avortements massifs de fœtus féminins (comme en Inde). Inversement, les pays du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne, devraient voir leur population tripler au cours de ce siècle, passant d’environ 1,03 milliard aujourd’hui à 3,07 milliards en 2100, ce qui en fait des bombes démographiques (le Nigeria passerait de 206 à 790 millions d'habitants, devenant en 2100 le deuxième pays le plus peuplé au monde derrière l'Inde mais devant la Chine).

Ce n’est évidemment pas une perspective rassurante pour l’Europe déjà confrontée à une forte pression migratoire. « L’Afrique et le monde arabe façonneront notre avenir », conclut Richard Horton, rédacteur en chef de The Lancet, manifestement favorable à une compensation de la dénatalité européenne par l’immigration. Souhaitons que cette prédiction soit aussi peu fiable que l’étude sur l’hydroxychloroquine récemment publiée par sa « prestigieuse » revue…


La sélection

Les dernières sélections