Partager

Ecologie

La synthèse

Le cannabis, une culture tout sauf écolo

Par Judikael Hirel - Publié le 16 mars 2021

C’est parfois le paradoxe d’une idée préconçue : présenté comme un produit hautement naturel, le cannabis se voit associé à un imaginaire de liberté, de révolte et d’écologie. Mais dans la réalité, le panorama est loin d’être aussi idyllique, et sa culture se révèle en fait des plus génératrice de gaz à effet de serre.

Ainsi, de plus en plus d’états américains, près d’une quarantaine à l'heure actuelle, ont autorisé l’usage et la culture du cannabis, tant à des fins récréatives que médicales. Avec à la clé, espèrent-ils, de généreuses recettes fiscales engendrées par cette légalisation. Il faut dire que l’industrie du cannabis légal représente désormais plus de 50 milliards de dollars (42 millions d'euros) de chiffre d’affaires outre-Atlantique. De quoi attiser bien des convoitises… Mais jusque-là, nulle étude ne s’était penchée sur la pollution engendrée par ce nouveau type de culture. Une équipe de chercheurs de la Colorado State University a récemment pensé à en évaluer l’impact environnemental, et il est surprenant : selon les conditions de culture et le climat des états, il représente « de 2 283 à 5 184 kg d’équivalent CO2 par kilo de fleurs séchées ». Dans les fermes du Colorado, cultiver le cannabis émet même plus de gaz à effet de serre que l’industrie minière : environ 2,6 mégatonnes d’équivalent CO2, contre seulement 1,8 mégatonne pour l’extraction du charbon…

« La légalisation du cannabis a entraîné une augmentation substantielle de la production commerciale. Cependant l’ampleur de l’impact environnemental de l’industrie n’a pas été pleinement quantifiée », expliquent les chercheurs, dans les colonnes de la revue Nature Sustainability. Or, tant pour éviter les vols que pour contrôler les conditions climatiques propices à la pousse des plans, « une quantité considérable de cannabis légal est cultivée à l’intérieur. » Pourquoi des rejets de CO2 aussi élevés ? La culture du cannabis en intérieur se révèle en fait au quotidien des plus gourmandes en énergie, entre le niveau d’humidité nécessaire à une bonne croissance, les lampes puissantes permettant de créer de la chaleur et des équipements spéciaux tout autant énergivores. « Les émissions de gaz à effet de serre sont en grande partie dues à la production d’électricité et à la consommation de gaz naturel provenant des contrôles environnementaux intérieurs, des lampes de culture à haute intensité et de l’approvisionnement en dioxyde de carbone pour une croissance accélérée des plantes », détaille l’étude. À titre de comparaison, la culture de plants en intérieur peut nécessiter un éclairage 50 à 200 fois plus intense que celui d’un bureau traditionnel, fonctionnant 24 heures sur 24 et sept jours sur sept.

Moralité : difficile de militer à la fois contre le réchauffement climatique et pour la légalisation de la culture et de la consommation de cannabis !


La sélection

Les dernières sélections