La Sélection du jour | La neutralité du Net remise en cause (n°226)
Partager

High Tech

La synthèse

La neutralité du Net remise en cause ?

Par Judikael Hirel - Publié le 18 décembre 2017

Les Etats-Unis viennent de mettre fin à la "neutralité du net", le 14 décembre dernier, via un vote de la commission fédérale américaine des communications (FCC). Mais de qui s'agit-il ? Cela signifie en fait que tous les fournisseurs d'accès à Internet doivent traiter tous les contenus de manière égalitaire, et ce quelle que soit leur origine. Pas question de favoriser, ou défavoriser l’un ou l’autre, voire tel ou tel contenu ou site.

Sans neutralité du net, les FAI pourraient moduler la vitesse de débit Internet à leur guise en fonction des contenus. Ils pourraient ainsi imposer des frais supplémentaires aux entreprises en échange d'un meilleur débit, et mettre ainsi sur pied un "Internet à deux vitesses". Les jeunes entreprises technologiques, qui n'ont pas les moyens de Google ou de Facebook, seraient alors désavantagées. Les FAI pourraient extraire une rente considérable d'un Internet à deux vitesses. Mais ils pourraient aussi se servir de cette nouvelle liberté pour bloquer ou ralentir des contenus qui leur font concurrence.

Cela peut-il avoir un impact en France ? A priori, la décision américaine "n’aura pas d’impact direct en Europe", affirme Sébastien Soriano, le patron de l'Arcep, chargée de l’application de la neutralité du Net en France, interrogé par le quotidien Le Monde. Mais l'industrie des télécoms risque tout de même de mettre sous pression la neutralité du net en Europe, les équipements terminaux comme les smartphones ou box et leurs systèmes d’exploitation ne relevant pas des règlements européens. "Cette question va monter en intensité, au fur et à mesure que les terminaux vont devenir plus intelligents et décider de choses à notre place", résume Sébastien Soriano pour Le Monde.


La sélection

Les dernières sélections